La place de l’Hexagone dans le monde décline pour une majorité de Français

M.B.

— 

Paradoxe. Alors que 57% des Français estiment que le rôle de la France sur la scène mondiale est moins important par rapport à il y a une vingtaine d'années, dans la plupart des autres pays, la perception d'un renforcement de son rôle reste largement majoritaire (77% au Maroc, 59% en Inde, 55% au Brésil et en Espagne). C’est ce qui ressort d’une étude TNS Sofres réalisée pour RFI, France 24 et MCD.

Selon elle, «tout se passe donc comme si les Français, que l'on sait enclins à la morosité, se trompaient sur leur propre potentiel, qu'ils sous-estiment par rapport à ce qu'en perçoivent les autres pays».

Pour 45% des sondés, la France se classe entre le 6ème et le 9ème rang des puissances mondiales contre 29% qui la voient dans les 5 premières et 18% qui la voient au 10e rang ou au-delà.

Vu de l’étranger, le leadership de la France repose surtout sur des stéréotypes comme la mode et la gastronomie et moins sur des secteurs de pointe à l’instar du nucléaire, de la recherche médicale ou encore de l’aérospatial. Ainsi, 82% des Japonais estiment que la France est leader dans le domaine de la cuisine et du vin, et 81% dans celui de la mode, mais 6% seulement nous voient leader dans l'aérospatial et 4% dans les télécommunications.

Globalement, le pouvoir de séduction de la France reste élevé. Dans chaque pays étudié, une majorité déclare aimer l’Hexagone. Notre «cote d'amour» est particulièrement forte au Brésil (82%), en Pologne (82%), en Inde (81%) et au Maroc (77%). En revanche,  près d'un tiers des Britanniques (36%), des Maliens (32%) et des Espagnols (28%) déclare ne pas aimer la France.