Ventes à découvert: L'Union européenne limite les possibilités de spéculation

© 2012 AFP

— 

L'Union européenne a approuvé mardi une réglementation pour encadrer et limiter les risques liés aux ventes à découvert, une pratique interdite dans plusieurs pays et jugée en partie responsable des mouvements spéculatifs sur les marchés.
L'Union européenne a approuvé mardi une réglementation pour encadrer et limiter les risques liés aux ventes à découvert, une pratique interdite dans plusieurs pays et jugée en partie responsable des mouvements spéculatifs sur les marchés. — Eric Piermont afp.com

L'Union européenne a approuvé mardi une réglementation pour encadrer et limiter les risques liés aux ventes à découvert, une pratique interdite dans plusieurs pays et jugée en partie responsable des mouvements spéculatifs sur les marchés.

Le Royaume-Uni, très réticent, s'est abstenu lors de l'examen de cette réglementation, permettant son approbation lors d'une réunion des ministres de l'Economie et des Finances à Bruxelles.

Elle donne "temporairement" le pouvoir aux autorités de marché nationales "d'imposer des restrictions à la vente à découvert en cas de situation exceptionnelle menaçant la stabilité financière ou la confiance des marchés dans un Etat ou dans l'Union".

Elle oblige en outre les opérateurs qui recourent aux ventes à découvert "à nu" sur les actions et les obligations d'Etat à fournir des garanties qu'ils pourront livrer les titres qu'ils promettent.

La réglementation vise à résoudre les problèmes posés par l'existence de mesures divergentes au sein de l'UE.

"L'approche fragmentée au sein de l'UE limitait l'efficacité des mesures adoptées et conduisait à des arbitrages réglementaires" car les investisseurs tiraient profit des différences existant entre les réglementations, a souligné le communiqué publié à l'issue de la réunion.

Pratique mise en cause

La vente à découvert consiste à emprunter un actif dont on pense que le prix va baisser et à le vendre, avec l'espoir d'empocher une différence au moment où il faudra le racheter pour le rendre au prêteur.

Elles peuvent prendre une forme plus poussée, dites "ventes à nu" quand l'investisseur vend un titre qu'il ne possède pas.

Cette pratique financière a été mise en cause pendant la crise financière de 2008 et aux débuts de la crise de la dette souveraine.

Quatre pays européens - la France, l'Italie, l'Espagne et la Belgique - ont décidé d'interdire cette pratique sur certaines valeurs financières.

L'Allemagne a pour sa part interdit les ventes à nu sur toutes les valeurs cotées depuis mai 2010.

Le communiqué rappelle toutefois que la pratique des ventes à découvert à une utilité pour "garantir le bon fonctionnement des marchés financiers, en particulier pour assurer la liquidité du marché et contribuer à l'efficacité du processus de formation des prix".