L'open-space, paradis des célibataires?

SAINT-VALENTIN Une enquête de CareerBuilder révèle que 23% des amourettes nées au travail se sont terminées par un mariage...

Claire Planchard

— 

35% des salariés qui sont sortis avec un collègue admettent qu’il s’agissait de quelqu’un de plus haut placé.
35% des salariés qui sont sortis avec un collègue admettent qu’il s’agissait de quelqu’un de plus haut placé. — PRM/SIPA

Célibataires, l’amour de votre vie vous attend peut-être à la machine à café ou en salle de réunion! En tous cas, étude après étude, les statistiques le confirment.

Dernier exemple en date: un sondage réalisé par CareerBuilder en janvier dernier révèle que 44% des  personnes qui travaillent admettent avoir eu au moins une aventure avec une personne de leur entourage professionnel… et que dans 23% des cas, les amoureux ont transformé l’essai devant monsieur le maire.

Le troisième grand lieu de rencontre

«Ces résultats sont conformes à toutes les études réalisées sur ce thème et confirment qu’avec Internet et les loisirs (soirées et vacances), le travail constitue le troisième grand lieu de rencontre amoureuse», explique Loick Roche, directeur adjoint de l'Ecole de management de Grenoble et auteur de Cupidon au travail (Editions d'organisation, 2006).

«La plupart du temps, c’est dans des lieux publics tels que les cafés ou restaurants que la relation professionnelle a pris un tour romantique», note l’enquête. Toutefois «le simple fait de travailler ensemble a été déclencheur dans 42% des cas. 12% de ces aventures ont été de véritables coups de foudre et 9% ont commencé lors d’une rencontre fortuite en dehors du travail ou à la suite d’une soirée de l’entreprise», précise-t-elle.

Une affaire de pouvoir

Attention, toutefois:  les rapports de pouvoir propres au monde du travail ne sont jamais très loin. «35% des salariés qui sont sortis avec un collègue admettent qu’il s’agissait de quelqu’un de plus haut placé dans la hiérarchie de l’entreprise. Pour 21% d’entre eux, il s’agissait de leur patron!» souligne CareerBuilder.

«La position hiérarchique est un facteur qui favorise la naissance d’une relation intime, qu’il s’agisse d’une position formelle, ou d’une position informelle, comme la fonction de chef de projet ou de représentant syndical», confirme Loick Roche. «Ce n’est pas agréable à entendre, mais nouer ce type de relation intime au travail est aussi souvent un mécanisme de défense dans un contexte professionnel difficile: pour un salarié qui ne se sent plus considéré comme une personne à part entière, c’est un moyen d’exister dans le regard de l’autre.» Un scénario d’idylle professionnelle assez peu romantique…

Obligation de confidentialité

Petit bémol supplémentaire: les romances du bureau ne gagnent pas à être dévoilées au grand jour. Selon CareerBuilder, «44% des salariés qui ont fait l’expérience d’histoires d’amour au bureau affirment qu’ils ont dû garder leur relation secrète».

«Quand on est pris dans une relation intime au travail, il faut la garder secrète la plus longtemps possible car quand les gens se déchirent, cela peut poser de graves problèmes. C’est donc un secret qui vous protège mais qui protège aussi votre travail et l’entreprise», explique Loick Roche.

En revanche, si l’amour résiste à la routine du métro-boulot-dodo,  plus d’obligation de confidentialité. Mieux vaut jouer la transparence… et faire preuve de diplomatie pour réussir à ne pas inviter tout le bureau à votre mariage!