Euronext penche pour New York

©2006 20 minutes

— 

Euronext s'apprête à convoler. Le conseil de surveillance d'Euronext, l'opérateur boursier paneuropéen – qui gère les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne – s'est déclaré hier soir favorable à une offre de rachat par la Bourse de New York. Attendue depuis plusieurs jours, la proposition de rachat en bonne et due forme a été publiée hier matin. Le New York Stock Exchange (NYSE) met l'équivalent de 8 milliards d'euros sur la table pour s'offrir son voisin transatlantique.

Avec 16 milliards d'euros de capitalisation, le nouvel ensemble formerait la plus grande Bourse mondiale et le CAC 40 pourrait ainsi être coté le jour à Paris et la nuit à New York. Des arguments qui ont séduit les dirigeants d'Euronext. Quoi qu'il en soit, la décision définitive du rapprochement reviendra aux actionnaires de l'opérateur boursier européen qui se réunissent aujourd'hui à Amsterdam pour leur assemblée générale annuelle.

De son côté, la Bourse de Francfort, a elle aussi déposé une offre de rachat le week-end dernier. Les fonds anglo-saxons – représentant 20 % du capital d'Euronext – pencheraient d'ailleurs pour cette option.

Edouard Lederer

Entre la France et l'Allemagne, le courant ne passe plus. Après six mois de discussions, Euronext et Deutsche Börse n'ont pas abouti à un mariage. En cause, le choix du dirigeant et du siège du nouvel ensemble.