Froid en Europe: Gazprom assure respecter ses obligations

© 2012 AFP

— 

Le géant russe Gazprom a réduit ses livraisons de gaz à l'Union européenne en raison de besoins accrus en Russie à cause du froid, mais les pays de l'UE doivent être en mesure de tenir un mois sur leurs capacités, a annoncé vendredi la Commission européenne.
Le géant russe Gazprom a réduit ses livraisons de gaz à l'Union européenne en raison de besoins accrus en Russie à cause du froid, mais les pays de l'UE doivent être en mesure de tenir un mois sur leurs capacités, a annoncé vendredi la Commission européenne. — Natalia Kolesnikova afp.com

Le géant gazier russe Gazprom a assuré vendredi respecter toutes ses obligations de livraisons de gaz en Europe, confrontée à une vague de froid, alors que la Commission européenne a fait état d'une baisse de livraisons russes. "Gazprom est obligé de livrer le volume de gaz prévu dans les accords. Ces obligations sont actuellement respectées", a déclaré Sergueï Komlev, chargé des contrats et prix chez Gazprom Export, cité par l'agence ITAR-TASS.

Huit pays touchés mais pas de situation d'urgence

"Mais les consommateurs demandent des volumes plus grands par rapport à ceux que nous sommes obligés de leur livrer", a-t-il ajouté. La Commission européenne a indiqué vendredi que Gazprom avait réduit ses livraisons de gaz à l'Union européenne en raison de besoins accrus en Russie à cause du froid. Une baisse de 24% a notamment été enregistrée en Italie et de 30% en Autriche.

Au total, huit pays européens sont touchés: Pologne, Slovaquie, Autriche, Hongrie, Bulgarie, Roumanie, Grèce et Italie, selon la porte-parole en charge de l'Energie Marlene Holzner. Elle a toutefois précisé que ces pays n'étaient "pas en situation d'urgence". Le patron de Gazprom Export, Alexandre Medvedev, avait assuré jeudi que le groupe avait augmenté "au maximum" ses livraisons de gaz vers l'Europe en raison de l'hiver très rude.

La vague de froid qui frappe l'Union européenne va durer plusieurs jours avec des températures extrêmement basses, selon les services météorologiques.