La compagnie aérienne hongroise Malev cesse ses opérations

© 2012 AFP

— 

La compagnie aérienne hongroise Malev a annoncé vendredi avoir cessé ses opérations faute de liquidités, un mois après avoir été forcée par l'Union européenne (UE) à rembourser à l'Etat une aide financière jugée contraire aux règles de la concurrence.
La compagnie aérienne hongroise Malev a annoncé vendredi avoir cessé ses opérations faute de liquidités, un mois après avoir été forcée par l'Union européenne (UE) à rembourser à l'Etat une aide financière jugée contraire aux règles de la concurrence. — Attila Kisbenedek afp.com

La compagnie aérienne hongroise Malev a annoncé vendredi avoir cessé ses opérations faute de liquidités, un mois après avoir été forcée par l'Union européenne (UE) à rembourser à l'Etat une aide financière jugée indue.

Nous annoncions déjà ses difficultés la semaine dernière en dressant le bilan 2011 des compagnies aériennes. 

"Depuis 6h le 3 février, après avoir opéré pendant 66 ans de façon presque ininterrompue, Malev ne décolle plus", a déclaré la compagnie dans un communiqué diffusé sur son site internet. Le refus du personnel au sol de l'aéroport de Tel-Aviv en Israël de préparer un avion de la compagnie, le seul appareil de Malev cloué au sol en dehors de la Hongrie, est la raison immédiate de l'annonce de l'arrêt des opérations de la compagnie, a expliqué Lorant Limburger, directeur exécutif de Malev, au cours d'une conférence de presse.

Un mois de janvier dramatique

"En raison de la décision de l'Union européenne, le gouvernement hongrois ne peut plus injecter d'argent dans la compagnie, et comme nous n'avons pas d'autre partenaire tangible disponible, les activités de Malev sont devenues impossibles à cause du manque de liquidités", a expliqué de son côté le patron de Malev, Lazslo Berenyi.

"Tous (nos clients) nous ont demandé des paiements en avance, des demandes qui se sont incroyablement accélérées. Aucune compagnie ne peut réaliser des paiements en avance sur des mois", a-t-il ajouté. La veille, le tribunal de Budapest avait ordonné un moratoire extraordinaire pour la compagnie et l'avait placée sous l'autorité d'une société de supervision chargée de s'occuper de sa gestion jusqu'à ce qu'un repreneur ou un partenaire lui soit trouvé. A la suite de l'annonce de l'arrêt des activités de Malev, le Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban a affirmé à la radio MR1-Kossuth que Malev pouvait être relancée si l'on arrivait "à se débarrasser des squelettes hérités du passé".

La situation financière de Malev s'est dramatiquement aggravée après que début janvier, la Commission européenne eut exigé du gouvernement hongrois que ce dernier récupère une aide accordée entre 2007 et 2011 à la compagnie dans le cadre de sa privatisation puis de sa nationalisation.

La Commission, gardienne de la concurrence en Europe, avait considéré que cette aide d'Etat était illégale, car "Malev n'aurait pas pu obtenir ce financement sur le marché aux conditions accordées par la Hongrie". Le montant en question est de 38 milliards de forints (126 millions d'euros). La société hongroise a plusieurs fois été privatisée dans le passé, mais sans succès, avant de repasser dans le giron de l'Etat en février 2010.

Elle emploie 2.600 personnes et assure 40% du trafic de l'aéroport international de Budapest. En 2010, elle a affiché une perte de 24,6 milliards de forints (85 millions d'euros), mais avait promis une amélioration de sa situation financière pour 2011.