Poisson pané: La bataille se poursuit entre Findus et Iglo

ECONOMIE Le premier accuse le second de dumping promotionnel...

M.B.

— 

Rayon surgelé d'un supermarché.
Rayon surgelé d'un supermarché. — SEBASTIEN ORTOLA / 20 MINUTES

La guerre froide continue entre Findus et Iglo. Le premier, leader du marché du surgelé, accuse désormais son rival de dumping promotionnel. Ce dernier, dixit Matthieu Lambeaux, directeur général de Findus France, interrogé par Le Figaro dans son édition de jeudi, vend 50% de ses volumes en promotions (même 62% en octobre), alors que dans le secteur, la moyenne tourne autour de 20%. Et ça marche. Iglo aurait dopé ses ventes de 22% l’an dernier.

Croustibat attaqué

«On ne peut pas brader ainsi les produits, notamment quand il s’agit de pêche responsable, qui coûte plus cher. Leur stratégie a atteint un tel niveau que ça en devient obscène. Nous continuerons à nous battre», affirme Matthieu Lambeaux. Et pour cause, les bâtonnets Croustibat, son produit phare, sont attaqués bien que son challenger soit, au global, loin derrière avec 1,2% de parts de marché du surgelé, contre 7,8% pour Findus.

Malgré cet écart, l’inquiétude est palpable. «Combien de temps pourront-ils encore tenir?» se demande Laurent Prévot, délégué syndical CFTC, cité par le quotidien. Le directeur général d’Iglo, Alain-Dominique Faure, a clairement affiché ses ambitions il y a quelques semaines: prendre la tête du marché du surgelé d’ici à cinq ans. Et il s’en donne les moyens. Il a dépensé la bagatelle de 8 millions d’euros en publicité l’an dernier, faisant de son groupe le premier investisseur média en 2011 du secteur.

L’arme du «Made In France»

Findus n’entend rien céder et a dégainé une arme très à la mode par les temps qui courent: le «made in France». Sa dernier campagne de publicité intitulée «Made in Boulogne-sur-Mer et fier de l’être» s’est affichée le temps d’une journée dans la presse quotidienne et régionale. Coût de l’opération: 400 000 euros. «Suivront 10 millions de boîtes de Croustibat avec la mention “made in Boulogne-sur-Mer”», révèle Le Figaro. Un tacle à destination d’Iglo qui, lui, produit ses surgelés outre-Rhin et outre-Manche.

Pas sûr que ce dernier, célèbre pour le personnage de Captain Iglo qui vient de mourir, se laisse faire. Vu l’inimitié entre les deux entreprises, la riposte d’Iglo ne devrait pas tarder…