Mise en garde en Irlande contre un rejet du traité européen

Reuters

— 

L'Irlande pourra difficilement rester dans la zone euro si ses électeurs rejettent le projet de nouveau traité sur le contrôle des budgets nationaux au niveau européen, a déclaré lundi la ministre irlandaise des Affaires européennes. Réunis en sommet à Bruxelles, les dirigeants européens doivent approuver lundi le texte de ce projet de traité, avant sa signature en mars. Ce projet devra ensuite être ratifié par chaque pays. Le gouvernement irlandais compte solliciter des avis d'experts juridiques sur le bien-fondé d'organiser ou non un référendum.

Déjà deux rejets par le passé

Ce serait un jour très triste si d'une manière ou d'une autre nous décidions de nous retirer de ce nouveau traité et si nous laissions les 16 autres membres de la zone euro aller de l'avant sans nous pour tenter de trouver une solution", a déclaré Lucinda Creighton à la radiotélévision publique RTE.

"Je pense qu'il deviendrait quasiment impossible pour nous de rester membre de l'union monétaire car être membre de l'union monétaire signifie qu'il faut se conformer aux règles", a-t-elle ajouté. L'Irlande fait partie des trois pays de la zone euro, avec la Grèce et le Portugal, ayant sollicité une aide financière de l'Union européenne et du Fonds monétaire international pour éviter la faillite. En contrepartie, le gouvernement a lancé une cure d'austérité.

Les électeurs irlandais ont par le passé rejeté à deux reprises des changements aux traités européens avant de les approuver sous des formes amendées. Selon un sondage paru la semaine dernière, ils sont 72% à réclamer la tenue d'un référendum sur le projet de traité budgétaire, qui serait dans ce cas approuvé à une courte majorité. Un quart des personnes interrogées se dit toutefois indécis.