Royal Bank of Scotland: Le directeur général renonce à son bonus controversé

© 2012 AFP

— 

Le directeur général Stephen Hester devait recevoir cette année un bonus de 963.000 livres (1,15 million d'euros), soit un peu moins de la moitié de l'an dernier, en plus de son salaire de 1,2 million de livres.
Le directeur général Stephen Hester devait recevoir cette année un bonus de 963.000 livres (1,15 million d'euros), soit un peu moins de la moitié de l'an dernier, en plus de son salaire de 1,2 million de livres. — Derek Blair afp.com

Le directeur général de la Royal Bank of Scotland (RBS) Stephen Hester ne percevra pas son bonus controversé de près d'un million de livres en actions, a indiqué la banque. Jeudi, l'annonce avait été faite que Stephen Hester percevrait un bonus de 963.000 livres (1,15 million d'euros), soit moitié moins que l'an dernier, en plus de son salaire de 1,2 million de livres.

Cette annonce -intervenue alors que le gouvernement appelle à des restrictions salariales étant donné l'environnement économique dégradé, avait déclenché les foudres des syndicats et du parti Travailliste. De son côté le président de RBS, Philip Hampton, a renoncé à une gratification de 1,4 million de livres (1,7 million d'euros) en actions qui lui avait été accordée quand il avait rejoint cet établissement, a annoncé samedi la banque.

Une décision sensée et bienvenue

Les contribuables britanniques détiennent 82% de RBS depuis que la banque a été sauvée au plus fort de la crise de 2008. Depuis, la banque a réduit ses effectifs par milliers. La décision d'Hester a été accueillie positivement par le ministre des Finances, George Osborne. "C'est une décision sensée et bienvenue qui permet à Stephen Hester de se concentrer sur le travail très important qu'il a à faire, récupérer les milliards de livres des contribuables injectés dans la banque", a déclaré le chancelier de l'échiquier. L'annonce a été faite après l'appel du parti Travailliste à faire voter au Parlement la suppression du bonus d"Hester.

Le parti d'opposition prévoyait de tenir un débat début février, selon une source du parti, pour maintenir la pression sur la coalition du Premier ministre David Cameron au sujet du versement du bonus. Les ministres ont passé le dimanche à défendre la position selon laquelle la décision devait revenir à Hester.

"Le jugement que nous devions faire était le suivant: devons-nous aller plus loin, comme plusieurs d'entre nous le souhaiteraient, et dire, n'ayons pas de bonus du tout?", a déclaré le premier secrétaire au Trésor, Dany Alexander, à la BBC. Le ministre britannique du Travail, Iain Duncan Smith, a affirmé que le gouvernement ne pouvait pas interférer avec la direction de RBS, la seule possibilité étant de se débarrasser de tout le conseil pour supprimer le bonus de Stephen Hester, ce qui mènerait au "chaos", a-t-il prévenu.

Dans un blog, le leader du parti Travailliste Ed Miliband a mis le gouvernement au défi d'"appliquer ce qu'il prône sur le rôle des actionnaires en matière de restriction des rémunérations élevées".