Une commission d'enquête sur les "subprime" créée à la demande d'Obama

© 2012 AFP

— 

Les ministres américains de la Justice et du Logement ont annoncé vendredi le lancement d'une commission d'enquête destinée à établir des responsabilités dans la crise sur les prêts immobiliers à risque ("subprime") répondant à l'appel du président Barack Obama.
Les ministres américains de la Justice et du Logement ont annoncé vendredi le lancement d'une commission d'enquête destinée à établir des responsabilités dans la crise sur les prêts immobiliers à risque ("subprime") répondant à l'appel du président Barack Obama. — Jewel Samad afp.com

Les ministres américains de la Justice et du Logement ont annoncé vendredi le lancement d'une commission d'enquête destinée à établir des responsabilités dans la crise sur les prêts immobiliers à risque ("subprime") répondant à l'appel du président Barack Obama.

Ce groupe, qui comprendra 55 avocats, analystes, experts et enquêteurs fédéraux et locaux, doit enquêter sur les "mauvaises conduites financières, particulièrement sur le marché des titres adossés aux prêts immobiliers, qui ont conduit à la récente crise économique de notre pays", a déclaré le ministre de la Justice Eric Holder dans un discours à Washington.

"Ce nouvel effort renforcera notre capacité à obtenir justice pour les victimes, à aider à rétablir la confiance dans nos marchés et institutions financières et à nous permettre de répondre à l'appel du président Obama", a ajouté M. Holder.

Mardi soir, dans son discours sur l'état de l'Union, Barack Obama avait appelé "à poursuivre ceux qui ont violé la loi, à accélérer l'aide aux propriétaires et à contribuer à tourner la page d'insécurité qui fait souffrir tant d'Américains".

Le ministre Holder a qualifié d'"étape majeure" la création de cette commission. Il s'est dit persuadé que ce groupe augmenterait la capacité des Etats-Unis à "recouvrer les pertes, empêcher les fraudes, porter les infractions au grand jour et tenir ceux qui ont violé la loi pour responsables".

Les défauts de paiement de ces crédits hypothécaires, consentis à des emprunteurs peu solides, avaient provoqué les premières faillites de banques, enclenchant une crise mondiale.