Cannes: Le Carlton passe sous pavillon qatarien

IMMOBILIER L'hôtel sera fermé pour travaux en août prochain...

M.B.

— 

Des 10.000 bouteilles de champagne vendues à l'hôtel Carlton aux villas à 45.000 euros la quinzaine en passant par les boutiques de luxe et la location de scooters, la manne financière du festival de Cannes va croissant mais irrite certains acteurs locaux.
Des 10.000 bouteilles de champagne vendues à l'hôtel Carlton aux villas à 45.000 euros la quinzaine en passant par les boutiques de luxe et la location de scooters, la manne financière du festival de Cannes va croissant mais irrite certains acteurs locaux. — Valery Hache AFP/Archives

D’un milliardaire à l’autre. Neuf mois après avoir mis la main sur le Carlton de Cannes, l’homme d'affaires libanais Toufic Aboukhater vient de céder le mythique palace de la Croisette à l’investisseur qatarien Ghanim Bin Saad al-Saad. Le deal a été conclu le 19 janvier, croit savoir Nice-Matin, mais le montant de la transaction reste secret.

Toufic Aboukhater s’était offert, en avril dernier, sept hôtels européens de la marque Intercontinental, dont l’établissement cannois, pour la coquette somme de 450 millions d’euros. Il les avait rachetés à Morgan Stanley. La banque d’affaires américaine avait dû débourser 634 millions d’euros pour acquérir le même portefeuille en 2006.

«Indécent»

Un syndicaliste de la CGT fait remarquer que l’homme d’affaires libanais «avait engagé sa parole devant les représentants du personnel sur un achat à long terme de l’hôtel Carlton, avec une rénovation complète de l’entreprise». Il «nous a menti. C'est malhonnête. Il a effectué un investissement financier en revendant après neuf mois seulement le Carlton et fait sûrement une très belle plus-value. C'est indécent!», enrage-t-il dans les colonnes du quotidien des Alpes-Maritimes.

La direction de l’établissement aurait indiqué aux salariés que le nouvel investisseur allait mener à bien les travaux de rénovation de l’hôtel. Ils devraient entraîner sa fermeture dès cet été jusqu’en mai 2013.

«Selon le permis de construire, il est ainsi prévu d'ajouter 30.480 m2 à l'existant, qui abriteront 63 chambres et trois suites supplémentaires, sans parler d'un spa, une salle de conférence, d'une piscine sur le toit, un jardin d'hiver… Au final, l'établissement devrait disposer de 414 chambres et de 39 suites», détaille Nice Matin.

Le haut-de gamme a la cote au Qatar

Pour Gabriel Matar, directeur de Jones Lang LaSalle Hotels France, interrogé par Le Figaro, «la vente du Carlton confirme l'appétit des investisseurs du Moyen-Orient pour des actifs hôteliers très haut de gamme et inaugure une année 2012 qui verra un volume d'investissement en croissance sur la France par rapport à 2011».

L’immobilier hexagonal suscite bel et bien la convoitise des Qatariens. Après avoir racheté le centre de conférences internationales de l'avenue Kléber à Paris pour 450 millions d'euros en 2007, Qatari Diar, la structure dirigée par Bin Saad al-Saad, a déboursé 250 millions d’euros pour s’offrir le Royal Monceau, détaille Le Figaro, qui précise également la liste des investissements de l’émir du Qatar dans l’immobilier de bureau: le siège de HSBC (35.000 m2) sur les Champs-Elysées, l'hôtel de Coislin (3600 m2) proche de la Concorde et un immeuble place Vendôme.