Total va réaliser des investissements record en 2012

© 2012 AFP

— 

Total va annoncer des investissements record lors de l'annonce de ses résultats annuels en février, a indiqué vendredi son PDG Christophe de Margerie
Total va annoncer des investissements record lors de l'annonce de ses résultats annuels en février, a indiqué vendredi son PDG Christophe de Margerie — Boris Horvat afp.com

Total va annoncer des investissements record lors de l'annonce de ses résultats annuels en février, a indiqué vendredi son PDG Christophe de Margerie. "On va être avec des chiffres record d'investissement pour Total", a déclaré le patron du géant pétrolier français sur BFM Business.

En 2011, Total avait déjà augmenté de 11% ses investissements à 20 milliards de dollars, soit environ 16 milliards d'euros au taux de change de l'an passé, pour l'essentiel dans l'exploration-production, c'est à dire l'exploitation des gisements pétroliers et gaziers. Au fur et à mesure que les champs les plus accessibles s'épuisent, les compagnies vont chercher le pétrole et le gaz à des endroits toujours plus inaccessibles, en très grande profondeur, dans des gisements techniquement plus difficiles à exploiter ou dans des régions nouvelles (Arctique, Afrique de l'Est...)

Ces investissements se révèlent beaucoup plus coûteux, alors que les majors pétrolières mondiales peinent à augmenter leur production. Total vise à accroître la sienne de 2,5% par an d'ici 2015, mais au troisième trimestre elle est ressortie en baisse de 1%, affectée notamment par la guerre en Libye. "L'énergie sera plus chère dans les années à venir", a reconnu M. de Margerie vendredi.

Interrogé par BFM sur les perspectives d'exploitation pétrolière à long terme, le patron de Total a estimé qu'"il y aura(it) du pétrole pendant (...) des centaines d'années". Mais probablement pas assez", a-t-il dit.

Le mois dernier lors d'un congrès pétrolier à Doha, Christophe de Margerie avait indiqué que Total prévoyait que la production de pétrole brut mondiale allait plafonner à 95 millions de barils par jour (contre 82 millions en 2010) au cours de la décennie 2020-2030, nécessitant l'appoint de biocarburants et d'autres énergies pour répondre à la demande.