Grèce: Retour à Athènes du patron du lobby bancaire mondial

© 2012 AFP

— 

La Grèce restait optimiste jeudi quant à la conclusion rapide d'un accord sur l'effacement d'une partie de sa dette avec ses créanciers privés, avec lesquels elle a repris jeudi soir ses tractations dans l'espoir de pouvoir en présenter le résultat au sommet européen de lundi
La Grèce restait optimiste jeudi quant à la conclusion rapide d'un accord sur l'effacement d'une partie de sa dette avec ses créanciers privés, avec lesquels elle a repris jeudi soir ses tractations dans l'espoir de pouvoir en présenter le résultat au sommet européen de lundi — LOUISA GOULIAMAKI afp.com

Charles Dallara, le patron du lobby bancaire mondial IIF, est attendu jeudi à Athènes pour reprendre avec le gouvernement grec, les négociations sur l'effacement d'une partie de la dette grecque, a annnoncé mercredi le porte-parole officiel grec, Pantélis Kapsis.

"Notre objectif est de conclure dans le cours de la semaine" ces discussions avec les créanciers privés du pays, en vue de tenir les délais fixés lundi soir par l'Eurogroupe, soit le lancement au plus tard le 13 février de l'offre publique sur l'échange de titres qui doit permettre de désendetter la Grèce, a-t-il ajouté.

M. Kaspsis a souligné que ces discussions, dont Athènes espère qu'elles déboucheront sur un accord-cadre d'ici au 2 février, étaient entrées dans leur phase "la plus délicate".

La réunion de l'Eurogroupe lundi avait démenti les espoirs d'une conclusion imminente d'un accord d'Athènes avec les banques et fonds d'investissement sur cette opération, la zone euro dans la ligne du FMI s'opposant à ce que la Grèce consente à ses créanciers privés une rémunération de plus de 4% sur les nouvelles obligations.

Le ministre grec des Finances, Evangélos Vénizélos, avait ensuite annoncé de Bruxelles la poursuite des négociations, que M. Dallara avait dirigées côté banques depuis dix jours à Athènes.

Selon l'agence financière Dow Jones par ailleurs, le comité regroupant les créanciers privés de la Grèce, présidés par M. Dallara et par Jean Lemierre, conseiller du président de la banque française BNP Paribas, devait se réunir mercredi à Paris afin de "déterminer la marche à suivre" dans les négociations.

M. Dallara, avait déclaré mardi que le temps pressait pour parachever l'accord sur la restructuration de la dette grecque, qui devait comporter une décote de 50% pour les créanciers privés.

>>Dette grecque: Tous les détails autour des enjeux et des coulisses