Le déficit public français «probablement inférieur» à 5,5% du PIB en 2011

© 2012 AFP

— 

Le déficit public de la France en 2011, attendu en recul sensible sur les prévisions initiales, met du baume au coeur du gouvernement après la déconvenue de la perte de la note "triple A" du pays, à moins de trois mois de la présidentielle.
Le déficit public de la France en 2011, attendu en recul sensible sur les prévisions initiales, met du baume au coeur du gouvernement après la déconvenue de la perte de la note "triple A" du pays, à moins de trois mois de la présidentielle. — Lionel Bonaventure afp.com

La ministre du Budget Valérie Pécresse a annoncé mardi que le déficit public de la France serait "probablement inférieur" à 5,5% du PIB en 2011, soit au moins 0,2 point de mieux que prévu, devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Valérie Pécresse s'est déclarée "d'ores et déjà certaine" que le déficit public dans son ensemble "sera substantiellement inférieur à l'objectif de 5,7% du PIB" et "même probablement inférieur à 5,5%".

"Avec une réduction du déficit, de 7% (en 2010) à sans doute moins de 5,5% (en 2011), je crois qu'il s’agit de la plus forte réduction depuis 1945 d'une année sur l'autre", a-t-elle souligné.

Valérie Pécresse avait indiqué quelques instants auparavant que le déficit "définitif" de l'Etat s'était établi en 2011 à 90,8 milliards d'euros, en amélioration de 4,6 milliards d'euros par rapport à la dernière loi de finances rectificative.

Les deux autres composantes du déficit public, ceux de la sécurité sociale et des collectivités territoriales, "ne seront disponibles qu’au milieu du mois de mars", a-t-elle précisé.

Valérie Pécresse a également indiqué que les recettes de l'Etat s'étaient établies en hausse de 1,3 milliard d'euros tandis que l'ensemble des "produits exceptionnels", soit 3,1 milliard d'euros, seraient affecté à la réduction du déficit.