Il faut créer 600 millions d'emplois au cours de la prochaine décennie, selon l'OIT

© 2012 AFP

— 

Les perspectives de l'emploi dans le monde sont plutôt sombres et quelque 600 millions d'emplois devraient être créés sur 10 ans afin d'assurer une croissance durable et maintenir la cohésion sociale, selon le rapport 2012 sur les tendances mondiales de l'emploi de l'OIT (organisation internationale du travail) publié lundi à Genève.
Les perspectives de l'emploi dans le monde sont plutôt sombres et quelque 600 millions d'emplois devraient être créés sur 10 ans afin d'assurer une croissance durable et maintenir la cohésion sociale, selon le rapport 2012 sur les tendances mondiales de l'emploi de l'OIT (organisation internationale du travail) publié lundi à Genève. — Fabrice Coffrini afp.com

Les perspectives de l'emploi dans le monde sont plutôt sombres et quelque 600 millions d'emplois devraient être créés sur 10 ans afin d'assurer une croissance durable et maintenir la cohésion sociale, selon le rapport 2012 sur les tendances mondiales de l'emploi de l'OIT (organisation internationale du travail) publié lundi à Genève.

"Malgré les efforts acharnés des gouvernements, la crise de l'emploi ne connaît pas de répit, un travailleur sur trois dans le monde, soit environ 1,1 milliard de personnes, est chômeur ou vit sous le seuil de pauvreté", a déploré le directeur général du BIT (Bureau international du Travail), M. Juan Somavia.

Ce qu'il faut, a-t-il ajouté, "c'est que la création d'emplois dans l'économie réelle devienne notre priorité numéro un".

Ces emplois doivent provenir principalement du secteur privé, selon l'OIT, qui demande aux responsables politiques "d'agir de manière déterminée et coordonnée pour réduire les craintes et les doutes qui freinent les investissements privés, afin que le secteur privé puisse relancer le principal moteur de la création mondiale d'emplois".

En 2011, quelque 200 millions de personnes étaient au chômage dans le monde, soit un nombre "record", selon Juan Manuel Salazar, directeur à l'OIT en charge de l'emploi.

Ce nombre est encore être plus important si l'on inclut les 27 millions de "travailleurs découragés", soit ceux qui ont quitté volontairement le monde du travail, par lassitude de ne pas avoir trouvé un emploi. Il s'agit notamment des jeunes, qui ont repris des études, après avoir déjà bouclé un cycle de formation.

Tous les ans, quelque 40 millions de personnes viennent grossir les rangs de ceux qui cherchent un emploi, indique encore l'OIT.

Pour l'année 2012, l'OIT s'attend encore à 3 millions de chômeurs de plus dans le monde en moyenne. Si le taux de croissance mondial tombe à moins de 2% cette année, il y a aura alors 4 millions de chômeurs supplémentaires, et non pas 3, prévient l'OIT.

Au cas où la zone euro arriverait à résoudre rapidement la crise de la dette, le chômage mondial baisserait en revanche de 1 million.

Les jeunes sont toujours les principales victimes du manque d'emplois.

74 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans étaient sans emploi en 2011, soit une hausse de 4 millions depuis 2007.

Les jeunes ont trois fois plus de risques de se retrouver au chômage que les adultes, et leur taux de chômage au niveau mondial s'élève à 12,7%.

L'OIT relève encore que 900 millions de travailleurs dans le monde vivent en-dessous du seuil de pauvreté fixé par la Banque Mondiale, soit avec moins de 2 dollars par jour. Ce sont 55 millions de plus qu'avant la crise de 2008.

La moitié de ces 900 millions de personnes vivent sous le seuil de l'extrême-pauvreté, soit avec moins de 1,25 dollar par jour.