Les chaussures «made in Portugal» ne connaissent pas la crise

© 2012 AFP

— 

L'industrie de la chaussure au Portugal affiche en 2011 des taux de croissance record grâce à des produits novateurs qui se sont imposés à l'international, alors que le pays mise sur les exportations pour relancer son économie durement frappée par la crise.
L'industrie de la chaussure au Portugal affiche en 2011 des taux de croissance record grâce à des produits novateurs qui se sont imposés à l'international, alors que le pays mise sur les exportations pour relancer son économie durement frappée par la crise. — Nicolas Asfouri afp.com

L'industrie de la chaussure au Portugal affiche en 2011 des taux de croissance record grâce à des produits novateurs qui se sont imposés à l'international, alors que le pays mise sur les exportations pour relancer son économie durement frappée par la crise.

L'année dernière, le secteur a enregistré une croissance de 17%, selon les chiffres de l'Association portugaise des industries de la chaussure (APICCAPS). Rien que sur les neuf premiers mois de 2011, il a généré un chiffre d'affaires de 1,23 milliard d'euros, "soit presque autant que sur l'ensemble de 2010", souligne l'association.

La croissance repose avant tout sur les ventes réalisées à l'étranger. Les fabricants portugais exportent près de 95% de leur production vers plus de 13O pays, avec une forte présence dans le nord de l'Europe. Ces dix dernières années, les exportations ont progressé de 24%.

Dkode, Nobrand, Camport, Eject, Mack James, Softwaves, Fly London..., les industriels du secteur choisissent souvent des noms de marques à consonance anglo-saxonne pour s'imposer dans un marché très concurrentiel.

Contrairement à l'industrie textile, qui a subi de plein fouet les conséquences de la crise, la chaussure "made in Portugal" est parvenue à s'imposer comme un acteur de premier plan en Europe aux côtés de ses principaux concurrents italiens et espagnols. Le secteur, qui compte actuellement plus de 1.300 entreprises et emploie quelque 40.000 salariés, produit près de 70 millions de paires par an.