Carrefour confirme ses prévisions de résultat, mais déçoit

© 2012 AFP

— 

Le patron français de Carrefour en Albanie Xavier Thibonnet a été trouvé mort samedi à son domicile à Tirana, a déclaré à l'AFP la porte-parole de la police Alma Katragjini.
Le patron français de Carrefour en Albanie Xavier Thibonnet a été trouvé mort samedi à son domicile à Tirana, a déclaré à l'AFP la porte-parole de la police Alma Katragjini. — Philippe Huguen afp.com

Le groupe français de distribution Carrefour, qui a dévoilé jeudi un chiffre d'affaires quasi-stable pour 2011 soutenu par les pays émergents, a confirmé ses prévisions de résultat opérationnel mais dans le bas de la fourchette à la grande déception de la Bourse de Paris.

Carrefour a enregistré un recul de 0,8% de ses ventes à 24,15 milliards d'euros au quatrième trimestre. La période a été marquée par une dégradation de l'environnement qui a affecté les ventes non-alimentaires tandis que les ventes alimentaires ont été "globalement résistantes", a-t-il relevé dans un communiqué.

Sur l'année 2011, le numéro deux mondial de la distribution a engrangé 91,50 milliards d'euros, grignotant 0,5% par rapport à l'année précédente (+1,1% avec essence à taux de changes courants) grâce aux marchés émergents. Lars Olofsson, PDG du groupe depuis juin 2011, a mis en avant dans ce communiqué sur le contexte de "ralentissement de la croissance économique qui a davantage affecté les dépenses discrétionnaires au 4ème trimestre".

Mauvaise réception à la Bourse de Paris

"Dans cet environnement économique difficile, Carrefour concentre tous ses efforts sur l'exécution de son plan d'action en France et en Europe du sud, axé sur une politique constante de bas prix et des promotions mieux ciblées", a-t-il poursuivi. La stratégie d'Olofsson, arrivé comme directeur général en 2008, est largement décriée par les marchés, et les spéculations sur son prochain départ sont fréquentes.

Le groupe, qui a lancé trois avertissements sur résultats l'an dernier, a confirmé sa prévision d'octobre de baisse de résultat opérationnel en 2011 qui devrait être comprise entre -15 et -20%. Mais plutôt "dans le bas de la fourchette", a précisé Carrefour jeudi. Au grand dam du marché qui a immédiatement sanctionné le titre du distributeur, qui faisait partie des plus fortes baisses de la matinée à la Bourse de Paris.

A 12H05 jeudi, le titre perdait 2,46% à 17,03 euros, tandis que le CAC 40 gagnait 0,80%.

Le cabinet de courtage Aurel BGC a souligné que les éléments dévoilés jeudi ne recelaient "aucune bonne surprise". "Cette publication n'est pas de nature à changer le sentiment négatif sur la valeur et révèle même de nouveaux sujets d'inquiétude en Asie", ajoute-t-il. Même impression chez Jefferies qui s'inquiète en particulier que 2012 et 2013 ne soient affectées par un ralentissement des ventes en Chine et au Brésil.

Le directeur financier du groupe Pierre-Jean Sivignon s'est refusé, lors d'une conférence téléphonique, à émettre toute prévision sur les futurs résultats du groupe mais a fait savoir que les investissements devraient être revus à la baisse en 2012. "Nous devrions avoir un capex inférieur en 2012 comparé à 2011. C'est quelque chose que nous allons surveiller", a-t-il indiqué, sans autre précision.

FO soupçonne Arnault de vouloir démanteler le groupe

Le groupe avait indiqué en mars dernier que ses investissements devraient rester stables en 2011 par rapport à 2010 (2,1 milliards d'euros). Des détails supplémentaires devraient être fournis le 8 mars lors de la publication des résultats annuels. Le groupe devrait également faire le point sur les plans d'action mis en oeuvre dans plusieurs pays, et sur le déploiement des Carrefour Planet.

Ce concept vise à contrer la baisse de la fréquentation. A fin décembre, il avait converti 81 de ses hypers européens, dont 29 en France soit le tiers du programme prévu pour l'Hexagone, a indiqué Sivignon. "Le plan de déploiement sur 2012 sera ajusté de manière pragmatique, pays par pays, en tenant compte des conditions macroéconomiques existantes et de notre politique sélective d'allocation des investissements", a fait savoir le groupe.

Pour ajouter à la situation délicate du groupe, le syndicat FO de Carrefour a menacé jeudi d'engager une procédure interne de droit d'alerte visant Colony capital --qui détient 22,03% des droits de vote en concert avec Bernard Arnault--, qualifié d'"actionnaire nocif" souhaitant "démanteler" le groupe.