Wall Street ouvre avec prudence

© 2012 AFP

— 

Wall Street a terminé en baisse mercredi, les inquiétudes pour la Grèce revenant à l'avant-scène alors que les négociations entre Athènes et ses partenaires européens ne cessent de se prolonger: le Dow Jones a lâché 0,76%, le Nasdaq 0,55%.
Wall Street a terminé en baisse mercredi, les inquiétudes pour la Grèce revenant à l'avant-scène alors que les négociations entre Athènes et ses partenaires européens ne cessent de se prolonger: le Dow Jones a lâché 0,76%, le Nasdaq 0,55%. — Spencer Platt afp.com

Wall Street évoluait en légère hausse mercredi matin, tiraillée entre des informations sur une intervention d'envergure du FMI pour soulager la crise de la dette en Europe et un indicateur américain décevant: le Dow Jones grignotait 0,07% et le Nasdaq prenait 0,31%.

Vers 15H50, le Dow Jones Industrial Average prenait 8,25 points à 12.490,32 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 8,51 point à 2.736,59 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 avançait de 0,09% (1,11 point) à 1.294,78 points.

La Bourse de New York avait terminé en hausse mardi, portée par des chiffres encourageants aux Etats-Unis, en Chine et en Allemagne: le Dow Jones avait pris 0,48%, à 12.482,07 points, et le Nasdaq 0,64%, à 2.728,08 points.

Le marché "digère" un rapport sur les prix à la production aux Etats-Unis "mitigé" pour décembre, ont observé les économistes de la maison de courtage Charles Schwab.

L'inflation a ainsi reculé en décembre, sous l'effet d'une baisse dans les secteurs de l'agroalimentaire et de l'énergie. L'indice des prix des produits finis a reculé de 0,1% par rapport au mois précédent, après avoir rebondi de 0,3% en novembre. C'est sa deuxième baisse en trois mois et les analystes l'attendaient en hausse de 0,1%.

En revanche, "les informations selon lesquelles le Fonds monétaire international (FMI) cherche à augmenter sa force de frappe apportent un peu d'optimisme", ont observé les économistes de Schwab.

Le FMI estime avoir besoin de renforcer ses ressources d'au moins 500 milliards de dollars supplémentaires pour faire face à la crise de la dette dans la zone euro et ses retombées.

Le secteur technologique était par ailleurs aidé par l'annonce du départ du cofondateur de Yahoo!, Jerry Yang, a observé Andrea Kramer, analyste chez Schaeffer Investment Research. M. Yang cristallisait le divorce entre le groupe et les investisseurs.

Le marché obligataire évoluait en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans avançait à 1,864% contre 1,853% mardi soir, et celui à 30 ans à 2,915% contre 2,904%.