Merkel réticente à relever la contribution de l'Allemagne au FESF

Reuters

— 

La chancelière allemande Angela Merkel a réagi avec réserve mercredi aux demandes de renforcement de la contribution allemande aux efforts de sauvetage de la zone euro après la baisse de la note du Fonds européen de stabilité financière (FESF) par Standard & Poor's .

"Je cherche encore ce que l'Allemagne pourrait faire de plus pour les autres pays de la zone euro", a-t-elle répondu lors d'une conférence de presse à la question de savoir si l'Allemagne devait se montrer plus solidaire après la décision de S&P.

La première économie de la zone euro a rejeté l'hypothèse d'une hausse de sa contribution au FESF ou au Mécanisme européen de stabilité (MES), qui doit lui succéder. Les Pays-Bas, la Finlande, le Luxembourg, qui ont conservé comme Berlin leur notation triple A, ont également écarté une augmentation de leur contribution.