Revivez le «sommet sur la crise»

E.O. et B. de V.

— 

Nicolas Sarkozy et les participants au commet social le 18 janvier 2012.
Nicolas Sarkozy et les participants au commet social le 18 janvier 2012. — LIONEL BONAVENTURE / SIPA
14h00 : Fin du sommet sur la crise. Merci de nous avoir suivi et restez avec nous pour le résumé et les analyses de 20Minutes.fr.
13h48: Nicolas Sarkozy réaffirme que la taxe sur les transactions financières fera l'objet d'une proposition précise d'ici la fin du mois. Elle a  vocation à s'appliquer à l'ensemble de la zone euro mais la France est prête à donner l'exemple. Nicolas Sarkozy salue le soutien exprimé par l'Allrmagne et l'Espagne.
13h48: Nicolas Sarkozy convient du lien entre le logement et l'emploi : d'ici la fin du mois des mesures «extrêmement puissantes» seront présentées pour doper l'offre de logement.
13h48:  Un des six chantiers d'avenir sera le financement de l'indsutrie avec la création d'un établissement dédié au financement, comme pour les PME
13h46 : Nicolas Sarkozy : «Les décisions seront connues à la fin du mois. Pendant les dix jours à venir les contacts vont se poursuivre avec les parlementaires».
13h46:  Nicolas Sarkozy présente son deuxième chantier d'avenir: "Necessité aboslue de faire entrer les jeunes dans l'entreprise par l'apprentissage."
13h45 Nicolas Sarkozy annonce le premier de ses six grands chantiers d'avenir : Réforme radicale de la formation professionnelle dans notre pays. Objectif ; que chaque chômeur ait une formation et qu'au bout il soit obligé d'accepter l'offre d'emploi proposée.il a rappelé que seulement 10 % des chômeurs ont accès à la formation.
13h40 : Nicolas Sarkozy annonce des mesures d'urgence pour l'emploi :
-Temps partiel
: tout faire pour maintenir en activité, fusse-t-elle à temps partiel
- Plan sans précédent de formation des chomeurs pour tous ceux qui n'ont plus d'acitvité professionnelle depuis au moins deux ans : formation, emploi ou processus de resocialisation, contrat aidé marchand ou non
-Renforcement des effectifs de Pôle emploi : 1000 salariés supplémentaires.
Ces mesures coûteront 500 millions d'euros et seront financées par  le redeploiement (pas de creusement du déficit). Cette enveloppe au service des chomeurs et de la lutte contre le chômage pourrait être doublée ce à 900 ou un milliard d'euros avec le soutien des fonds des partenaires sociaux et de l'Europe.
13h38: Nicolas Sarkozy prend la parole
13h36: Laurence Parisot  réagit après la réunion: La présidente du Medef salue une «excellente réunion».
13h20: Chérèque (CFDT): Nous avons obtenu un renforcement limité des moyens de Pôle emploi (1.000 embauches). Par ailleurs, le financement de la protection sociale ne peut se décider dans la précipitation.
13h13: Bernard Thibault (CGT) réagit après la réunion:
«Les mesures annoncées lors du sommet de crise n'auront pas d'impact sur l'emploi. Le constat est pourtant unanime, la situation de l'emploi se dégrade. Le désaccord se porte sur la cause du chômage: Le coût du travail trop élevé en France. La CGT récuse ce constat. Il va falloir se mobiliser.» Laissant présager un appel à un nouveau mouvement social...
13h12: Mailly: Pas de propositions claires de faites sur la TVA sociale (le terme n'a pas été employée par le président). Il rappelle son inquiétude que les accords emploi-compétitivité sur lesquels le Président n'a pas statué.
13h11: Mailly (FO) au sujet du chômage partiel: L'Etat mettra 100 millions d'euros supplémentaires.
13h09: Les reponsables des syndicats sortent. Ils devraient donner des indications sur les discussions.
13h02: La fin du sommet est proche, après 4 heures de réunion. Nicolas Sarkozy a rebondi durant le sommet à toutes les interventions.
13h00: La CGPME demande de pouvoir renouveler 4 fois un CDD, d'embaucher des jeunes et des seniors sans charge. Côté TVA sociale, elle approuve une hausse de deux points de la TVA et d'un point de CSG.
12h50: Des militants CGT se retrouvent devant le Palais Brongniart (place de la Bourse, Paris) pour manifester.
12h45: La CGPME est en train de conclure son discours. La fin du tour de table des représentants du patronnat est proche.
12h30: En direct de l'Elysée: Nicolas Sarkozy devrait parler avant les syndicats à la fin du sommet.
11h55: Les revendications syndicales du tour de table débuté à 9h00:
Bernard Thibault a contesté les chiffres et comparaison de la France avec l'Allemagne sur le coût du travail et a refusé d'aborder la question de la modification de la protection sociale.
La CFDT demande 2000 recrutements à Pôle emploi et veut le rétablissement de l'allocation retraite.
FO a demandé une allocation intergénérationnelle avec tutorat et a redit son accord pour un développement du chômage partiel si davantage de moyens étaient donnés.
La CFTC redit son accord sur le chômage partiel et demande davantage de moyens pour Pôle emploi.
11h50: La fin du sommet prévue vers 13h15
En direct de l'Elysée: Il reste à la CGPME, au Medef et à l'UPA à passer. La fin des discussions ne devrait pas intervenir avant 13H15 au minimum...
11h45: Pôle emploi: Pas de nouvelles embauches a priori
La CFE-CGC insiste sur l'importance de renforcer les moyens de Pôle emploi, de rebooster le pass travaux, d'arrêter la RGPP et de taxer davantage de dividendes. Nicolas Sarkozy refuserait la demande d'augmentation des embauches à Pôle emploi.
11h25: Le sommet serait plus long que prévu (d'après notre envoyée spéciale, sur place à l'Elysée)
Une foule d'une centaine de journalistes patientent dans la cour de l'Elysée. Les rumeurs disent que la réunion devrait durer plus longtemps que les 3 heures prévues...
11h20: Les principaux points du discours de Sarkozy ce matin à lire ici. «Attention à l'attentisme».
11h10: Le président de la République lucide sur l'issue du débat
«Les objectifs de notre réunion: D’abord partager un diagnostic. En vous réunissant, je veux vous dire que j’ai bien conscience qu’à l’issue de cette réunion, nous ne serons probablement pas d’accord sur tout. Vous avez vos convictions, j’ai les miennes. Mais même lorsqu’on est désaccord, la démocratie c’est se respecter. Et se respecter, c’est se dire la vérité.»
11h00: Nicolas Sarkozy justifie la tenue de ce sommet
«Pourquoi j’ai voulu ce sommet pour l’emploi? Parce que nous vivons depuis plusieurs semaines une nouvelle aggravation de la crise qui nous oblige à agir. La situation économique actuelle en France comme en Europe est très périlleuse. Il y a urgence.»
9h35: Les participants au sommet social sont:
- Les centrales syndicales CGT, FO, CFDT, CFTC et CFE-CGC
- Les organisations patronales Medef, CGPME et UPA
- Les ministres concernés.
9h30: Jean-Claude Mailly redit son refus de «discuter de la TVA sociale»
«On ne peut pas rentrer dans des logiques qui, selon moi, sont fausses économiquement et dangereuses socialement», a indiqué le secrétaire général de Force ouvrière, avant le début du sommet. Jean-Claude Mailly a prévenu: «Celui qui m’instrumentalisera n’est pas encore né!»
9h20: Le sommet social convoqué par Nicolas Sarkozy a débuté, un peu avant 9h, à l'Elysée.