Free Mobile: La concurrence réplique à coup d'huissiers

TELEPHONIE Certains opérateurs estiment que le réseau de Free ne marche pas...

M.B.

— 

L'offre d'abonnement au mobile sur le site Internet de Free, le 12 janvier 2012.
L'offre d'abonnement au mobile sur le site Internet de Free, le 12 janvier 2012. — PRM/SIPA

Manœuvre désespérée ou réel dysfonctionnement? Selon Le Figaro, certains opérateurs affirment que le réseau de Free Mobile n’est pas «allumé». Autrement dit, il ne fonctionne pas. Ni une, ni deux, ils ont dépêché des huissiers pour vérification.

En fait, «les abonnés de Free Mobile peuvent téléphoner, mais uniquement en empruntant le réseau d’Orange, qui a signé un accord d’itinérance avec Free», rappelle le site du quotidien. Seul hic, l’accord ne s’applique que si Free couvre lui-même 27% de la population. En décembre, l’Acerp, l’autorité de régulation des télécoms, indiquait que Free Mobile remplissait ce critère. Ce dernier vient de confirmer au Figaro que son réseau fonctionne très bien. Qui dit vrai dans cette histoire? Toutes les options restent ouvertes. Une chose est sûre, Free est en train de bousculer le marché.

Le nouvel entrant aurait déjà séduit plus de 500.000 clients depuis son lancement mardi dernier. La barre du million devrait être franchie sous peu. Mais il n’y en aura pas pour tout le monde. Les deux offres du trublion de la high-tech à 19,99 euros et à deux euros sont réservées aux trois premiers millions d’abonnés. Un chiffre qui sera sans doute atteint dans les semaines à venir. Selon un sondage GFK, 8 Français sur dix ont l’intention de souscrire aux offres de Free.