Les conseillers Pôle emploi sont assommés de travail

EMPLOI Chaque conseiller devrait suivre 115 chômeurs par mois en théorie. En pratique, le chiffre monte à 200 voire même à 655 dans l’Essonne...

M.B.

— 

Le SNU, syndicat majoritaire à Pôle emploi, a appelé jeudi les agents à se mettre en grève le 14 novembre pour dénoncer une "dégradation des services rendus" et un manque d'effectifs, au lendemain de la publication de chiffres du chômage en nette hausse.
Le SNU, syndicat majoritaire à Pôle emploi, a appelé jeudi les agents à se mettre en grève le 14 novembre pour dénoncer une "dégradation des services rendus" et un manque d'effectifs, au lendemain de la publication de chiffres du chômage en nette hausse. — Jeff Pachoud afp.com

Pôle emploi au bord de l’asphyxie. Depuis 2008, il a reçu près d’un million de demandeurs d’emploi supplémentaires. Résultat: le personnel du service public ne sait plus trop où donner de la tête.

A sa création, la direction souhaitait que chaque conseiller suive 60 chômeurs par mois. Aujourd’hui, celle-ci estime que le chiffre est en réalité de 115. Or, selon l’enquête du Parisien-Aujourd’hui en France révélée ce mardi, la moyenne flirte plutôt avec les 200 dans certains départements comme la Seine-Saint-Denis ou le Val-de-Marne. A Brest, elle grimpe même à 212. Mais ce n’est rien comparé avec la situation qui prévaut à Garges-lès-Gonesse. Un conseiller doit se démener avec 561 personnes et même 655 à Yerres (Essonne).

La politique du chiffre dénoncée

Difficile dans ces conditions pour ces agents d’aider au mieux les demandeurs d’emploi. Sarah, interrogée par le quotidien, souligne qu’elle n’a pas vu son conseiller depuis sept mois. Ouassili Bekkouche, conseiller à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), souligne qu’il ne peut pas recevoir toutes les personnes en agence. Place donc aux entretiens téléphoniques: dix minutes, montre en main. «Autant dire que ce n’est pas très constructif», reconnaît-il. «Nous avons perdu notre sens du service public. On nous demande juste de faire du chiffre, de recevoir le plus de gens possible sans pour autant avoir de solutions à leur apporter», abonde une de ses collègues. Un climat qui engendre tensions et même actes de violence. Au premier semestre 2011, elles avaient augmenté de 20% au sein des agences de Pôle emploi.

Fini l’entretien mensuel

Débordé, ce dernier recentre progressivement sa mission sur les «cas» les plus difficiles. Fini pour les autres le suivi mensuel personnalisé. Ils ne seront reçus plus que tous les trois mois avec un «grand entretien» tous les neuf mois, explique le quotidien.

Le sommet pour l’emploi qui s’ouvre demain sera l’occasion pour les syndicats de réclamer plus de moyens. «Pôle emploi a supprimé 1.500 postes en trois ans, il faudrait au minimum en recruter autant», estime François Chérèque, le patron de la CFDT.

TÉMOIGNEZ - Demandeur d'emploi, vous avez constaté les difficultés des conseillers du Pôle emploi? Êtes-vous régulièrement contacté par votre conseiller? Que pensez-vous du suivi assuré par l'organisme? Racontez-nous votre expérience du Pôle emploi dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr.