Coup d'envoi des soldes sur fond de douceur météo et de morosité économique

© 2012 AFP

— 

Les soldes d'hiver ont débuté mercredi à 08H00 en magasins et sur internet, l'occasion pour les consommateurs de traquer les bonnes affaires, d'autant que les commerçants ont peu vendu depuis cet été sur fond de crise et d'une météo douce, laissant présager des stocks et des remises importants.
Les soldes d'hiver ont débuté mercredi à 08H00 en magasins et sur internet, l'occasion pour les consommateurs de traquer les bonnes affaires, d'autant que les commerçants ont peu vendu depuis cet été sur fond de crise et d'une météo douce, laissant présager des stocks et des remises importants. — Miguel Medina afp.com

Prix barrés, "jusqu'à -70%": les soldes d'hiver sont officiellement ouverts depuis 08h00 ce mercredi dans les magasins et sur internet, sur fond de crise et de morosité économique, mais aussi de douceur météo propice au shopping, peut-être pas aux achats de vêtements chauds.

Le coup d'envoi des soldes a été donné dès 08H00 à Paris, à l'entrée des grands magasins du boulevard Haussmann, par trois hommes du gouvernement: le ministre de l'Economie François Baroin, le secrétaire d'Etat au Commerce Frédéric Lefebvre et son homologue du Commerce extérieur Pierre Lellouche, par ailleurs élu local du IXe arrondissement.

Baroin a "espéré" que ces cinq semaines de promotions hors normes puissent "favoriser" la consommation "dans une période un peu morose".

A ses côtés déjà quelques clientes, désireuses de profiter des rabais et surtout de stocks importants, accumulés après une mauvaise année 2011, marquée par des consommateurs très soucieux de leurs dépenses et une météo défavorable.

Les plus matinales des clientes ont souvent une idée précise en tête: Anastasia Niorè, 17 ans, est dans la file d'attente pour s'offrir un sac Marc Jacobs. Les soldes, "c'est un rituel", confie sa mère, Laurence, à l'AFP. Ce matin, elles sont venues spécialement de Rouen, comme chaque année pour les soldes.

Même habitude pour Florence Richiero, du Havre, qui a fait "200 kilomètres" pour "venir faire la queue ici", raconte-t-elle avec une pointe d'humour.

Elle espère trouver une paire de bottes Gucci que son mari voulait lui offrir pour Noël, achat qu'elle a préféré remettre aux soldes. "Maintenant, il faut qu'il reste la pointure", souligne-t-elle. Son budget cette année: entre 1.000 et 1.500 euros, "à peu près pareil que l'année dernière".

Un budget cependant très supérieur à la moyenne: 244 euros, en baisse de 7 euros par rapport à 2010, selon un sondage Ipsos pour le Centre national des centres commerciaux.

A Paris, des "-30%", "-40%", "-50%" fleurissaient aux Galeries Lafayette et au Printemps, deux grands magasins où on attend 230.000 à 250.000 clients sur la journée.

A Rennes, la principale galerie commerciale de la ville, Le Colombier, était plus fréquentée que d'habitude, selon un journaliste de l'AFP, avec des rabais allant jusqu'à 50%. Monoprix proposait même une réduction supplémentaire de 10% pour tout achat en solde réalisé dans le créneau 08H00-10H00.

Ces soldes devraient se démarquer par une montée en puissance des réseaux sociaux pour partager les bons plans entre jeunes, selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

Les sites de vente en ligne s'attendent eux aussi à un grand rush.

Dans un communiqué, Spartoo.com assure avoir expédié "10.000 colis la première heure", vendu "22 paires de chaussures à la seconde" et enregistré une hausse du panier moyen de 4%.

Son concurrent Sarenza.com affiche une baisse du panier moyen de 5%, face à des consommateurs qui "se ruent vers les produits soldés à -60%". Le site anticipe une première journée "en demi-teinte", avec entre "0 et 10% de progression par rapport aux précédents soldes d'hiver".

De nombreux observateurs "anticipent que les soldes ne seront pas bons", indique Pascale Hébel, directrice du département consommation au Crédoc.

Les Français devraient être un peu moins nombreux cette année à faire les soldes d'hiver, 76% contre 85% l'année dernière, selon le sondage Ipsos/CNCC.

Les consommateurs font attention à leur dépenses et ils ont de toute façon eu de nombreuses occasions d'acheter à prix barré tout au long de l'année, lors de promotions, de soldes flottants, de ventes privées, de pré-soldes qui se sont multipliées ces derniers jours.