Free Mobile: «Il faut peut-être attendre quelques jours avant de s'engager», selon l'UFC-Que choisir

TELEPHONIE Edouard Barreiro, directeur adjoint des études de l'association, donne ses conseils aux consommateurs...

Propos recueillis par Mathieu Bruckmüller

— 

 Xavier Niel, PDG de Free, mardi 10 janvier 2012
 Xavier Niel, PDG de Free, mardi 10 janvier 2012 — PRM/SIPA

Pas de doute, l'arrivée de Free Mobile est une bonne nouvelle pour les consommateurs.  Le trublion de l'univers high-tech a proposé mardi une offre illimitée à 19,99 euros par mois et une autre avec 60 minutes d’appel et 60 SMS pour seulement deux euros par mois. 20 Minutes a recueilli l'analyse de l'association UFC-Que Choisir.

L’arrivée de Free Mobile est-elle vraiment une bonne nouvelle pour le consommateur?

Oui.  Free propose des offres très intéressantes, simples, avec un prix attractif. Elles vont faire bouger les lignes.

Contiennent-elles des points négatifs?

Ce ne sont pas des choses qui remettent en compte l’attractivité de l’offre, mais il y a des éléments dans les conditions générales d’abonnement qui nous posent questions. Par exemple, Free ne précise pas vraiment ce qu’il entend pas l’illimité. L’illimité n’existe jamais mais son encadrement est généralement indiqué de manière plus ou moins précise dans les conditions générales. Par exemple, dans l’offre B&You de Bouygues Telecom, il est précisé que si vous dépassez 199 interlocuteurs différents, vous pouvez être coupé. Free indique juste que l’usage anormal consiste à ne pas faire un usage de bon père de famille. Cela  ne veut strictement rien dire. De plus, Free instaure une sorte de franchise en cas de panne du réseau. Les deux premiers jours ne sont pas indemnisés. Seuls les jours ultérieurs le sont.

Les concurrents de Free sont-ils condamnés à s’aligner sur Free?

On ne va pas voir un bouleversement tarifaire généralisé mais tous vont à un moment ou à un autre donner un signal prix pour montrer qu’ils jouent le jeu. Un joueur comme Orange qui a beaucoup de salariés et d’infrastructures ne pourra pas ajuster aussi facilement ses prix. Les concurrents de Free vont aussi jouer sur la différenciation avec la qualité de l’offre ou l’innovation de services.

La téléphonie mobile rentre-t-elle dans une nouvelle ère?

On a fait un grand bond en avant. Free montre que la téléphonie peut coûter moins cher et que le marché peut fonctionner mieux qu’avant. Après, il ne faut pas oublier que l’offre de Free est offensive et vise non pas gagner de l’argent mais à se constituer avant tout un parc de consommateurs. Ensuite, je pense que son offre va évoluer.

Les consommateurs se sont donc fait flouer pendant vingt ans?

Oui. La téléphonie mobile en France était l’une des plus chères d’Europe. Jusqu’ici, les opérateurs ne faisaient pas d’efforts car ils gagnaient très bien leur vie. Free vient mettre un coup de pied dans la fourmilière.

Les offres de Free sont valables pour les trois premiers millions d’abonnés. Faut-il quitter son opérateur dans les plus brefs délais?

Cela dépend de la durée de votre engagement avec votre opérateur. Il faut peut-être attendre quelques jours, voire quelques semaines. D’une part, Free pourrait avoir du mal à digérer toutes ces inscriptions et d’autre part, les autres opérateurs pourraient avoir du mal à vous laisser partir dans de bonnes conditions. Même de bonne volonté, il y aura forcément des problèmes techniques. De plus, attendez de voir comment les opérateurs historiques vont répliquer. Ils pourraient faires des offres intéressantes sur certains points même sans baisser autant les prix que Free.