Banques: Un excès de cash limite la demande de prêts à 7 jours auprès de la BCE

Reuters

— 

L'allocation hebdomadaire de financement de la Banque centrale européenne (BCE) a attiré une demande plus faible que prévu de la part des banques de la zone euro, gorgées de liquidités après la récente adjudication de prêts à trois ans, ce qui pèse aussi sur les taux de l'Euribor, reflet des opérations entre banques.

Les banques sont inondées de cash, après avoir emprunté fin décembre un montant record de 489 milliards d'euros à la banque centrale à l'occasion de sa première opération de refinancement à trois ans.

Cette adjudication avait été lancée pour tenter de ramener la confiance dans le secteur bancaire, mais la persistance des inquiétudes liées à la crise de la dette dissuade nombre d'institutions de crédit de se prêter les unes aux autres.

Mais s'étant gorgées de ce papier à trois mois, les banques limitent leurs emprunts à plus court terme auprès de la BCE, réduisant notamment le recours au financement à sept jours, à 111 milliards d'euros, alors que les traders interrogés par Reuters attendaient une allocation de 125 milliards d'euros.

De plus, à l'approche du terme de la période des réserves, le 17 janvier ce mois-ci, il se peut que certaines banques aient déjà les fonds nécessaires à leurs réserves obligatoires et aient donc moins besoin de faire appel au financement hebdomadaire de la BCE, note un trader sur le marché monétaire.

"Certaines banques ont déjà rempli leurs réserves de cash", dit-il. "Si elles n'ont pas vraiment besoin de l'argent, elles en prennent moins", ajoute-t-il.

Le taux de l'Euribor à trois mois, qui varie en fonction des prêts interbancaires dans la zone euro et reflète les attentes en matière de taux d'intérêt et la propension des banques à prêter, est tombé à 1,267%, son plus bas niveau depuis début avril, contre 1,276% la veille.

Parallèlement, mardi, les dépôts des banques commerciales auprès de la BCE ont atteint un nouveau record à 482 milliards d'euros, signe que le secteur privilégie toujours la sécurité des placements sur la rentabilité des prêts interbancaires.

Les dépôts au jour le jour sont rémunérés au taux de 0,25%, bien en dessous de celui du marché interbancaire, qui se situe actuellement à 0,372%.

Autre signe qui révèle que la quête de sécurité l'emporte, en pleine crise de la dette en zone euro: les investisseurs ont payé lundi pour prêter à l'Etat allemand un total de 3,9 milliards d'euros à échéance de six mois, le taux de rendement des emprunts d'Etat à six mois étant tombés à -0,0122%.

Avec un montant global de prêts accordés par la BCE aux banques, toutes échéances confondues, atteignant 685 milliards d'euros, ce sont les deux tiers de ceux-ci qui sont redéposés auprès de la banque centrale.

Parallèlement les emprunts au jour le jour aux guichets de la BCE ont augmenté, à 1,519 milliard d'euros contre 1,391 milliard la veille, ce qui était son plus bas niveau depuis le 7 novembre.