Gestion: La performance rebondit au T4 avec le monde anglo-saxon

Reuters

— 

La performance trimestrielle des fonds commercialisés en France a rebondi en fin d'année dernière après trois trimestres de repli, grâce notamment aux fonds actions spécialisés dans le monde anglo-saxon, montrent les données compilées par Lipper, filiale de Thomson Reuters.

+3,3% après une chute de 8,3%

Au quatrième trimestre, la performance moyenne des 7.783 fonds enregistrés à la vente en France est ressorti à +3,3% après une chute de 8,3% sur la période juillet-septembre, dans le sillage des fonds actions, qui représentent 47% de l'univers étudié (+5,4% au T4 après -14,4% au T3).

"Nous avons assisté au quatrième trimestre à un redécollage d'une partie du marché (Etats-Unis, marchés émergents, Royaume-Uni et ressources naturelles)", constate Joseph Pinto, directeur Marchés et Stratégie d'Investissement chez Axa IM.

Grande-Bretagne et Etats-Unis en pointe

Le rebond des fonds actions au quatrième trimestre est ainsi en majeure partie à mettre au crédit du monde anglo-saxon, les fonds spécialisés dans les actions américaines progressant de 14% et ceux exposés au Royaume-Uni gagnant 11%.

Les fonds spécialisés dans les marchés émergents se sont également bien comportés avec un gain de 6,5% sur les trois derniers mois de l'année pour les gestions actions et de 5,7% pour les fonds obligataires.

Les marchés actions américains ont bien résisté car l'économie a mieux tenu le coup aux Etats-Unis qu'en Europe. Sur les marchés émergents, les craintes inflationnistes se sont atténuées en fin d'année (...) alors que les investisseurs anticipent désormais un atterrissage en douceur des économies émergentes", précise Joseph Pinto.

Peu de choix pour la diversification

A l'image des Bourses, l'année a été extrêmement volatile: la performance annuelle en glissement des fonds commercialisés en France a atteint +10,78% en février avant de tomber à -6,75% en décembre, sous le coup des inquiétudes relatives à la crise de la dette en zone euro et au ralentissement économique mondial.

Dans ce contexte, les gestions les plus défensives ont réalisé les meilleures performances sur l'ensemble de 2011, avec notamment une progression de 0,9% pour les fonds monétaires, contre un recul d'environ 12% des gestions actions dans le sillage des Bourses (-16% pour le SBF 120 ).