Mariani réunit les acteurs du dossier SeaFrance

Reuters

— 

Thierry Mariani reçoit ce mardi les acteurs du dossier SeaFrance pour étudier les conditions de la relance de la liaison transmanche Calais-Douvres et l'avenir des salariés, annonce le ministère chargé des Transports.

Le ministre doit s'entretenir avec Guilaume Pepy, président de la SNCF, dont SeaFrance est une filiale, ainsi que Stéphane Gorrias, mandataire liquidateur désigné par le tribunal, Jacques Gounon, PDG d'Eurotunnel, et Philippe Louis-Dreyfus, président du groupe Louis Dreyfus Armateurs (LDA), précise le communiqué.

La liquidation définitive prononcée lundi par le tribunal de commerce de Paris ne signifie pas la mort de la compagnie de ferries, a déclaré pour sa part mardi la ministre des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet.

On se donne tous les moyens pour que ce ne soit pas fini", a dit sur Europe 1 la ministre, qui s'est rendue à Calais pour y rencontrer les représentants des 880 salariés concernés.

La liaison Calais-Douvres a un avenir, les salariés de SeaFrance ont des compétences, ils ont aussi un avenir et nous voulons être en mesure de les accompagner", a-t-elle ajouté.

Chaque salarié recevra une indemnité majorée ainsi qu'une proposition de reclassement de la SNCF, a dit la ministre.

Deux solutions sont possibles : un projet de coopérative des salariés, qui semble cependant dans l'impasse, et un repreneur privé.

Les salariés divisés

Louis Dreyfus Armateurs (LDA) propose ainsi de mettre en oeuvre deux de ses bateaux et de reprendre 300 marins de SeaFrance sous pavillon français pour assurer la liaison Calais-Douvres.

Eurotunnel a annoncé pour sa part vouloir soutenir le projet de reprise de SeaFrance par ses salariés en prenant des parts dans une société qui rachèterait ses navires.

Lorsqu'elle a rencontré mardi à Calais les syndicalistes de la CFDT, Nathalie Kosciusko-Morizet leur a confirmé l'offre formulée par LDA, a rapporté Didier Cappelle, responsable de la CFDT Maritime et porteur du projet de coopérative.

Les masquent tombent, toutes nos questions restent sans réponse, c'est encore une fois un effet d'annonce, rien ne ressort de cette réunion avec la ministre", a déploré Didier Cappelle après la réunion.

La proposition de LDA a été également mal accueillie par certains salariés de SeaFrance, dont environ 200 ont manifesté mardi dans les rues de Calais.

Faire un accord aujourd'hui avec Louis Dreyfus c'est négocier une banqueroute organisée, c'est une honte", a déclaré Claude Jennequin, un marin de SeaFrance.

Une rupture semble se confirmer entre les salariés syndiqués et les salariés non syndiqués, dont un collectif a été reçu mardi par Nathalie Kosciusko-Morizet.

Ces derniers sont moins hostiles au projet de reprise, sur lequelle la CFDT Maritime entend consulter les salariés par référendum, et ils ont accueilli favorablement une invitation au ministère des Transports à Paris pour des informations supplémentaires, a-t-on appris auprès du collectif.