Free Mobile: Une révolution qui n'aura jamais lieu?

TELEPHONIE Alors que le challenger doit dévoiler son offre mardi matin, les trois opérateurs historiques, Orange, Bouygues et SFR, affichent leur confiance, chiffres à l'appui...

Claire Planchard

— 

Le rayon téléphonie mobile d’un grand magasin à Paris le 21 octobre 2009.
Le rayon téléphonie mobile d’un grand magasin à Paris le 21 octobre 2009. — MEIGNEUX/SIPA

Et si Free n'avait pas tout compris? Lassés d’attendre Free Mobile comme le messie, nombre de Français n’ont pas hésité à renouveler leur abonnement et à s’engager pour 12 ou 24 mois supplémentaires auprès de leur opérateur pour s’offrir un nouveau Smartphone à Noël.

Pour preuve, selon Les Echos, le gel des ventes tant annoncé n’a pas eu lieu en décembre: Orange a vendu 500.000 smartphones en décembre et 600.000 téléphones classiques, Bouygues Telecom a connu des ruptures de stocks d'iPhone 4S et SFR a vendu un demi-million de forfaits pour les smartphones le mois dernier. Des performances identiques, voire meilleures qu’en décembre 2010.

Pour la responsable marketing d’Orange Alice Holzman, interrogée par Les Echos , c’est la preuve que le marché des smartphones subventionnés avec un engagement de 24 mois à la clé a encore de beaux jours devant lui. Une tendance de mauvais augure pour Free, qui compte précisément se positionner sur le marché des «carte SIM-only», c'est-à-dire des forfaits nus, sans mobile subventionné…