Artisanat du bâtiment: «Au moins 10.000 pertes d'emplois en 2012», selon la Confédération

© 2012 AFP

— 

Quelque 60% des salariés français déclarent avoir déjà refusé de prendre un arrêt de travail à l'heure où le gouvernement affirme sa volonté de lutter contre la fraude sociale, selon un sondage Obea/InfraForces à paraître dans le prochain numéro de Santé magazine.
Quelque 60% des salariés français déclarent avoir déjà refusé de prendre un arrêt de travail à l'heure où le gouvernement affirme sa volonté de lutter contre la fraude sociale, selon un sondage Obea/InfraForces à paraître dans le prochain numéro de Santé magazine. — Philippe Huguen afp.com

L'artisanat du bâtiment devrait perdre à lui seul "au moins 10.000 emplois en 2012", à cause des différentes mesures des plans de rigueur du gouvernement, a estimé jeudi Patrick Liébus, président de la Confédération de l'artisanat des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

"Le premier semestre 2012 devrait être encore convenable, surtout si le beau temps actuel se maintient, mais on devrait payer au deuxième semestre les conséquences des plans de rigueur", a déclaré M. Liébus lors de la présentation des voeux de la Capeb à la presse.

Alourdissement de la fiscalité

Le 21 décembre, les principales organisations professionnelles du bâtiment avaient annoncé au moins 35.000 suppressions d'emplois (y compris les intérimaires) pour l'ensemble du secteur en 2012.

Outre le passage de 5,5% à 7% de la TVA pour les travaux de rénovation-entretien depuis le 20 décembre, le secteur devrait être affecté par l'alourdissement de la fiscalité sur les plus-values des résidences secondaires et locatives ainsi que par la suppression du prêt à taux zéro (PTZ) pour le logement ancien.

Pour 2011, le secteur de l'artisanat du bâtiment, qui emploie près d'un million d'actifs dans 360.000 entreprises de moins de 20 salariés, devrait parvenir, grâce à une météo favorable au dernier trimestre, à une progression d'activité d'environ 2,2% par rapport à 2010.

«Les clients n'acceptent pas le nouveau taux de TVA»

La Capeb, qui envisageait encore en octobre 2011, une croissance au mieux de 1,0% en 2012, présentera ses prévisions détaillées d'activité le 11 janvier. Patrick Liébus craint surtout l'instauration d'une TVA sociale qui risquerait d'entraîner une nouvelle augmentation du taux réduit de TVA.

"La mise en place de ce nouveau taux de 7% est compliquée, car les clients ne l'acceptent pas", souligne le le président de la Capeb.

La Capeb se déclare toutefois soulagée par le fait que les travaux dans les logements de plus de deux ans, pour les devis acceptés par les deux parties et ayant fait l'objet d'un acompte encaissé avant le 20 décembre 2011, sont maintenus au taux de 5,5%, même si les travaux débutent en 2012. Le gouvernement avait initialement envisagé une application rétroactive au 15 novembre.