Les PME jugent négativement le bilan de Nicolas Sarkozy

ECONOMIE D'après une enquête, les dirigeants de PME garderont une image globalement défavorable du quinquennat du président de la République...

Bertrand de Volontat
— 
 Nicolas Sarkozy
 Nicolas Sarkozy — FAYOLLE PASCAL/SIPA

Sarkozy, le président des grands patrons? Admettons. Celui des patrons? Pas forcément. Du moins, d’après la dernière enquête TMO Régions et Journal des Entreprises réalisée auprès de 1.185 dirigeants et cadres de PME.

53% de ces dirigeants et cadres de PME jugent ainsi négatif voire très négatif le bilan du quinquennat du président de la République. Ils ne sont que 7% à le juger positif ou très positif.

Selon l’organisme de sondage, trois causes sont à l’origine de cette cote de désamour en hausse depuis 2007: la crise économique, les mesures adoptées et l’image du président, jugé trop proche des grands patrons. Près de deux tiers des dirigeants de PME se sentent ainsi lésés par le chef de l’Etat. 

Des mesures critiquées mais un président adoubé

Les mesures adoptées par le président de la République sont plutôt mal accueillies: la réforme de la taxe professionnelle, le Grand emprunt et les plans de rigueur sont systématiquement reçus majoritairement de manière négative. Les deux aboutissements de Sarkozy les mieux reçus par les PME sont le crédit impôt recherche/jeunes entreprises innovantes et la réduction de l’impôt sur la fortune en cas d’investissement dans les PME. 

Nicolas Sarkozy est toutefois l’homme de la situation pour 55% d’entre eux et 44% estiment qu’il est le plus apte à sortir la France de la crise – François Hollande ne récolte que 11% des votes, mais 29% des sondés ne se sont pas exprimés. Une première forme d’abstention à 5 mois des élections…

Les candidats à la présidentielle devront quoi qu’il arrive relever le débat que 95% des sondés ne trouvent pas à la hauteur.

Les PME restent globalement optimistes à l’orée de 2012, seul un quart redoutant le ralentissement économique des six mois à venir.