Les banques françaises devraient supprimer un millier d'emplois aux USA

© 2012 AFP

— 

Le montant des crédits immobiliers accordés par les banques a poursuivi son mouvement de repli au premier trimestre après avoir chuté de 26,4% en 2012, reculant toutefois à un rythme plus ralenti, sur fond de profonde recomposition du marché de la pierre.
Le montant des crédits immobiliers accordés par les banques a poursuivi son mouvement de repli au premier trimestre après avoir chuté de 26,4% en 2012, reculant toutefois à un rythme plus ralenti, sur fond de profonde recomposition du marché de la pierre. — Damien Meyer AFP

Les principales banques françaises présentes à Wall Street  - BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole - sont en passe de supprimer un millier d'emploi aux Etats-Unis en raison du resserrement de leurs financements en dollars, affirment lundi Les Echos.

Un expatrié d'une banque française a expliqué sous couvert d'anonymat que «le mouvement a été très brutal ces dernières semaines».

«Ceux qui n'ont pas eu la chance d'être rapatriés au siège ont été parfois remerciés du jour au lendemain», a-t-il ajouté.

«C'est un ajustement de modèle dicté à la fois par les évolutions réglementaires de Bâle III et la réduction de nos financements en dollars non sécurisés», a déclaré Diony Lebot, directrice générale de SocGen Americas, citée dans le journal.

Pour 2012, Lebot précise que, «même si l'accord entre les banques centrales sur les swaps de liquidités et les mesures de financement de la BCE ont permis d'éviter un credit crunch (contraction brutale de l'offre de crédit), il y a toujours des signes d'impatience et de frustration du côté des investisseurs anglo-saxons», a-t-elle ajouté.

La branche américaine de la Société Générale a déjà réduit de 20% ses effectifs new-yorkais, soit 400 départs sur 2.000 salariés, selon le quotidien financier.

BNP Paribas, qui a en novembre annoncé des suppressions d'emploi, devrait réduire de près de 10% ses effectifs dans la capitale américaine de la finance, soit 300 départs sur 3.500 salariés.

Quant au Crédit Agricole, il a prévu de supprimer 2.350 emplois dans le monde, dont 1.200 à l'international. Le journal ne précise pas le nombre d'emplois supprimés par le groupe à New York.