Le nombre de fonctionnaires qui travaillent aussi dans le privé explose

ECONOMIE La hausse a été de 60% en 2010...

M.B.

— 

Un homme travaille sur son ordinateur portable.
Un homme travaille sur son ordinateur portable. — Salvatore Siggia/SUPERSTOCK/SIPA

Les fonctionnaires sont de plus en plus nombreux à avoir une double vie. Succès du statut d’auto-entrepreneur d’une part, mais surtout gel du pouvoir d’achat d’autre part, le cumul d’activités a le vent en poupe dans la fonction publique. Selon Les Echos qui a mis la main sur le rapport de la commission de déontologie, chargée d’autoriser le cumul, 2.509 demandes ont été déposées par des fonctionnaires l’an dernier, soit 60% de plus qu’en 2009. Informaticiens, jardiniers, professeurs particuliers, conseillers juridique voire détectives privés, les activités de ces agents sont très variées.

Ils «veulent arrondir leurs fins de mois sans perdre le statut protecteur de fonctionnaire», signale un membre de la commission interrogé par le quotidien. En effet, les demandes de mise en disponibilité complète diminuent. Mais surtout, la plupart des demandes de cumul viennent soit des enseignants, soit du personnel de catégorie C qui ont les salaires les plus bas.

Entre 2007 et 2010, ils sont ainsi plus de 5.000 à avoir créé leur entreprise tout en gardant leur poste.

Un chiffre qui devrait augmenter dans les années à venir. Depuis le début de l’année, un décret est venu élargir la palette d‘activités autorisées en autorisant l’encadrement et l’animation d’activités sportives et culturelles, les services à la personne et la «vente de biens fabriqués personnellement par l’agent».

Dans les faits, la double activité concerne un nombre beaucoup plus élevé de fonctionnaires. Ceux qui sont en plus salariés d’une entreprise de service ou d’une association n’ont pas besoin de passer par la commission de déontologie. L’autorisation de la hiérarchie suffit.