Pourquoi les Français épargnent tant?

ECONOMIE Bon an, mal an, nous mettons de côté plus de 17% de notre revenu après impôts...

Mathieu Bruckmüller

— 

Petite fille à la tirelire.
Petite fille à la tirelire. — SIPA

Indécrottables fourmis. Les années passent et le taux d’épargne des Français reste peu ou prou le même. Selon les dernières données publiées en fin de semaine par l’Insee, il s’est établi à 17,1% pour le troisième trimestre. Une mauvaise nouvelle pour l’économie qui flirte avec la récession. 20 Minutes fait le tour du phénomène.

Pourquoi le taux d’épargne reste si élevé?

Les perspectives économiques sont moroses. Selon l’OCDE, la France va connaître une brève récession entre le quatrième trimestre de 2011 et les trois premiers mois de 2012. L’activité ne devrait croître que de 0,3% l’an prochain. Un niveau d’activité insuffisant pour faire baisser le chômage qui touche 9,2% de la population active. Alors comme lors de la crise financière de 2008, les Français remplissent leur bas de laine. «C’est un phénomène classique d’épargne de précaution», souligne Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Epargnants. En raison de la stagnation des salaires, il aurait été plausible que les Français puisent dans leur épargne pour maintenir leur pouvoir d’achat grignoté par l’inflation. Il n’en a rien été. Les hausses d’impôts à venir, issues des deux plans de rigueur présentés en août et en novembre dernier, ne vont qu’inciter à renforcer le taux d’épargne dans les mois à venir.

Quels vont être les effets?

Traditionnel moteur de la croissance française, la consommation des ménages risque encore de fléchir. Car qui dit épargne élevée, dit achat limité. Après avoir baissé de 0,1% au deuxième trimestre de cette année, la consommation avait pourtant rebondi de 0,3% entre juillet et septembre dernier. «L’augmentation de l’épargne de court terme n’est pas un signe que l’économie va bien», analyse Philippe Crevel. Il en veut pour preuve le succès du livret A. A la fin novembre, les dépôts avaient augmenté de 16,53 milliards depuis le début de l'année, non loin du record absolu enregistré en 2008, avec 18,7 milliards d'euros. La perspective d'un relèvement du taux du Livret A à 2,50%, voire à 2,75%, début février, compte tenu des prévisions d'inflation, pourrait stimuler encore un peu plus la collecte en 2012. Pourtant, ne faudrait-il pas inciter les Français à être moins Gripsous? Peine perdue, estime Philippe Crevel. Des incitatifs ont déjà été pris comme le déblocage de l’épargne salariale. En vain. Elle a été illico replacée sur d’autres produits financiers.

Mais d’où vient cette culture de l’épargne?

«Chez les Français, c’est génétique!» s’exclame Philippe Crevel. Tout comme chez les Allemands et les Autrichiens qui complètent le trio des pays qui épargnent le plus en Europe. Un palmarès qui ne doit rien au hasard. Ce sont des pays qui, historiquement, ont été particulièrement touchés par des invasions et des guerres à répétition. Et malgré le développement de l’Etat providence, il y a toujours eu une tradition paysanne forte avec cette envie de vouloir s’en sortir par ses propres moyens.

En revanche, des pays très commerçants comme le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont toujours eu un taux d’épargne beaucoup plus faible. Outre-Manche, il est sous la barre des 6%.