La croissance française rebondit à 0,3% au 3e trimestre

ECONOMIE Elle bénéficie de la consommation des ménages...

© 2011 AFP

— 

La croissance a progressé de 0,3% au troisième trimestre, après un repli de 0,1% au trimestre précédent, selon une deuxième estimation de l'Insee publiée vendredi.
La croissance a progressé de 0,3% au troisième trimestre, après un repli de 0,1% au trimestre précédent, selon une deuxième estimation de l'Insee publiée vendredi. — Philippe Huguen afp.com

Une bonne nouvelle pour la fin d'année. La croissance a progressé de 0,3% au troisième trimestre, après un repli de 0,1% au trimestre précédent, selon une deuxième estimation de l'Insee publiée ce vendredi. L'Institut national de la statistique et des études économiques a révisé en baisse de 0,1 point sa première estimation de la croissance du PIB au troisième trimestre, publiée à la mi-novembre.

Ce moindre dynamisme résulte de révisions des indicateurs de production industrielle et de la substitution d'un indice de chiffre d'affaires à des "extrapolations", précise l'Insee. Ce chiffre porte l'acquis de croissance -autrement dit la hausse du PIB en fin d'année en cas de stagnation de l'activité au 4e trimestre- à 1,7%, un chiffre très proche du 1,75% de croissance attendu par le gouvernement en 2011.

Reprise des dépenses de consommation des ménages

Les dépenses de consommation des ménages ont repris au cours du troisième trimestre (+0,3% après -1,0% au deuxième). La formation brute de capital fixe, autrement dit l'investissement, a poursuivi sa croissance, quoique moins vivement qu’au trimestre précédent (+0,2% après +0,6%). Ainsi, la demande intérieure finale (hors stocks) a contribué positivement à la croissance du PIB : +0,2 point après -0,4 point.

Les importations se sont redressées (+0,7% après -1,0%) et se sont accrues quasiment au même rythme que les exportations (+0,8% après +0,7%). De cette manière, la contribution du solde extérieur à la croissance est neutre, après avoir atteint +0,5 point de PIB le trimestre précédent. Quant aux variations de stocks des entreprises, elles ont contribué positivement à l’activité : +0,1 point au troisième trimestre, après -0,1 point au deuxième.