Après trois ans dans le rouge, les casinos repassent timidement au vert

© 2011 AFP

— 

Après trois années dans le rouge, les casinos français sont timidement repassés au vert en 2011 avec une croissance de 1% de leur chiffre d'affaires mais cette évolution cache un bilan contrasté marqué par la baisse d'activité de plus de la moitié des 195 casinos
Après trois années dans le rouge, les casinos français sont timidement repassés au vert en 2011 avec une croissance de 1% de leur chiffre d'affaires mais cette évolution cache un bilan contrasté marqué par la baisse d'activité de plus de la moitié des 195 casinos — Anne-Christine Poujoulat afp.com

Après trois années dans le rouge, les casinos français sont timidement repassés au vert en 2011 avec une croissance de 1% de leur chiffre d'affaires mais cette évolution cache un bilan contrasté marqué par la baisse d'activité de plus de la moitié des 195 casinos.

Les trois syndicats patronaux (Casinos de France, Syndicat des casinos modernes de France et Association des casinos indépendants français) ont annoncé mardi, dans un communiqué commun, que le produit brut des jeux (PBJ, différence entre les mises et les gains des joueurs, équivalent du chiffre d'affaires) de l'exercice du 1er novembre 2010 au 31 octobre 2011 était en hausse de 0,95% à 2,32 milliards d’euros.

Le casino d'Enghien-les-Bains à la première place

Le PBJ des quelque 23.000 machines à sous des casinos a crû de 0,90% à 2,11 milliards d'euros et celui des jeux de table (roulette anglaise, black jack, poker...) de 1,44% à 212 millions d’euros.

Le fleuron du groupe Barrière, le casino d'Enghien-les-Bains (Val-d'Oise), à onze km au nord de Paris, se classe à la première place avec un PBJ de 157 millions d'euros et le petit casino de Vernet-les-Bains (Pyrénées-Orientales) à la dernière place avec un PBJ de quelque 300.000 euros.

L'augmentation de près de 1% met fin à trois années d'une "sévère régression" de 20%, rappellent les casinotiers. Pour autant, elle "ne les rassure pas" car cette augmentation n'est due, selon eux, "qu'à la forte croissance de quelques établissements récemment ouverts ou frontaliers et, sur les 195 casinos, plus de la moitié sont en baisse d’activité".