Aide à la Hongrie: L'UE et le FMI interrompent les discussions

Avec Reuters

— 

L'Union européenne et le Fonds monétaire international ont interrompu leurs discussions informelles avec la Hongrie sur une probable aide financière internationale, en arguant des menaces politiques sur l'indépendance de la banque centrale.

Mis en difficulté par la crise de la zone euro et par une politique économique controversée, le gouvernement hongrois a annoncé le mois dernier la réouverture de discussions avec les bailleurs de fonds internationaux après avoir vu la note souveraine du pays rétrogradée en catégorie spéculative (junk) par l'agence Moody's.

«Pas de garanties sur les intentions du gouvernement hongrois»

Un porte-parole du Commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a déclaré à Reuters que Bruxelles avait interrompu les discussions en raison du manque d'assurance sur les intentions de Budapest concernant la banque centrale. «La Commission a décidé d'interrompre les discussions préparatoires à Budapest», a déclaré Amadeu Altafaj, joint par téléphone vendredi. «Malheureusement, nous n'avons pas reçu de garanties concernant les intentions du gouvernement hongrois, (qui a continué) à promouvoir au parlement le vote d'une loi qui pourrait potentiellement mettre en péril l'indépendance de la banque centrale», a-t-il dit.

Les élus du parti Fidesz au pouvoir en Hongrie ont approuvé vendredi une motion prônant un débat accéléré sur le projet de loi mis en cause. Le gouverneur de la banque centrale, Andras Simor, estime que l'application du texte équivaudrait à une mainmise du gouvernement sur l'institution indépendante. La Banque centrale européenne conteste elle aussi le projet.

Le président du groupe Fidesz au parlement, Janos Lazar, a assuré vendredi que son parti souhaitait que les statuts de la banque centrale soient acceptables aux yeux de la BCE. Un porte-parole du gouvernement hongrois a confirmé à Reuters que les discussions informelles avec le FMI et la Commission européenne étaient interrompues, tout en réfutant que les deux parties aient fait un constat de désaccord.