UE: La Grande-Bretagne assistera aux discussions sur l'intégration fiscale

Reuters

— 

La Grande-Bretagne sera présente aux discussions sur la mise en oeuvre d'un nouveau pacte d'intégration économique au niveau européen malgré son veto à ce projet lors du dernier sommet de Bruxelles, a annoncé jeudi le gouvernement britannique.

Le 9 décembre, le Premier ministre britannique David Cameron a été le seul dirigeant à s'opposer à une réforme du traité de l'Union européenne, ce qui a conduit les 26 autres pays de l'UE à s'entendre sur le principe d'un accord intergouvernemental destiné à renforcer le contrôle des budgets nationaux pour préserver la crédibilité de la zone euro.

«Nous serons assis à la table des discussions»

Les 26 partenaires de la Grande-Bretagne s'emploient cependant à ne pas renforcer son isolement car son feu vert pourrait être nécessaire à l'utilisation des institutions de l'UE, créées pour 27 pays, dans la mise en oeuvre d'un tel accord intergouvernemental.

"Le Conseil (européen) a désormais proposé la création d'un groupe ad hoc de représentants des Etats membres et des institutions de l'UE pour avancer sur ce projet et nous participerons à ces discussions", a dit un porte-parole du gouvernement britannique.

"Cela signifie que nous serons assis à la table des discussions lorsque sera évoquée l'utilisation des institutions de l'UE, ce qui nous permettra de soulever toute question éventuelle et de soutenir le rôle des institutions dans la préservation du marché unique."