Le droit individuel à la formation à la peine

©2006 20 minutes

— 

Instauré par la loi du 4 mai 2004, le droit individuel à la formation (DIF) qui offre aux salariés un crédit annuel d'heures de formation a du mal à démarrer dans les entreprises. Telle est la conclusion d'une enquête du cabinet de conseil la Cegos sur la réforme de la formation professionnelle publiée hier. On y apprend que seulement 3 % des salariés des entreprises interrogées ont fait une demande de DIF en 2005. Selon Mathilde Bourdat, responsable de l'offre interentreprises à la Cegos, ce retard s'explique par « le temps d'appropriation nécessaire de la réforme par les salariés ». Point positif : le dispositif devrait monter en puissance puisque 9 % des salariés interrogés prévoient de faire une demande de DIF en 2006.

D. B.