Le grand bazar du commerce équitable

©2006 20 minutes

— 

Café, chocolat, riz et jus de fruits « équitables » ont sans doute envahi les têtes de gondole de votre supermarché. Et pour cause, la Quinzaine du commerce équitable a débuté samedi. Petit tour d'horizon d'un phénomène qui monte.

n Un concept controversé L'objectif est de permettre à celui qui fabrique un produit d'en vivre. A partir de là, les vues divergent. Certains acteurs, comme Max Havelaar, se contentent de fixer un prix « équitable ». « Du coup, on voit des paysans du Sud soi-disant équitables exploiter leurs ouvriers agricoles comme les autres », affirme Christian Jacquiau, auteur d'un ouvrage sur le sujet. D'autres, comme Minga, exercent ce contrôle sur toute la filière, du producteur au distributeur, en passant par le transporteur. Ainsi, les produits ne sont pas vendus là où les caissières sont exploitées.

n Des dérives existent La direction de la répression des fraudes a relevé des anomalies : taux variable d'ingrédients équitables, absence de cahier des charges, produits estampillés équitables à tort ou sans preuves, etc.

n Un cadre qui reste à créer Le ministre du Commerce, Renaud Dutreil, doit lancer aujourd'hui la Commission nationale du commerce équitable, chargée de reconnaître officiellement les acteurs du secteur. Mais la Confédération paysanne et les associations Minga et Breizh Ha Reizh ont déjà dénoncé la définition superficielle du commerce équitable qui sera utilisée.

Angeline Benoit

120 millions d'euros. C'est ce que représentait le marché du commerce équitable en France en 2005, soit dix fois plus qu'en 2001. 0,05 % C'est la part de ces produits dans les ventes des centres Leclerc, nº 1 du marché en 2005. 47 % des Français connaissent le commerce équitable, selon un sondage TNS-Sofres, contre 9 % en 2000. 90 % des ventes sont réalisées en grandes surfaces. 165 boutiques spécialisées existent en France, contre 800 en Allemagne. 27 % du prix revient au producteur, contre 10 % pour les produits non équitables, selon la marque Alter Eco.