Air France prévoit de bloquer les salaires, selon La Tribune

ECONOMIE Une mesure qui permettrait de générer des millions d'euros d'économies...

© 2011 AFP

— 

Air France prévoit de bloquer les salaires dans son plan d'économies qui doit être examiné le 11 janvier, affirme le quotidien La Tribune paru mardi, qui cite plusieurs sources concordantes.
Air France prévoit de bloquer les salaires dans son plan d'économies qui doit être examiné le 11 janvier, affirme le quotidien La Tribune paru mardi, qui cite plusieurs sources concordantes. — Boris Horvat afp.com

Air France prévoit de bloquer les salaires dans son plan d'économies qui doit être examiné le 11 janvier, affirme le quotidien La Tribune paru mardi, qui cite plusieurs sources concordantes.

Rien n’est encore arrêté

La compagnie «étudie toutes les possibilités» mais «rien n'est arrêté à ce stade», a déclaré un porte-parole d'Air France, interrogé par l'AFP.

Selon le journal, qui ne précise pas combien de temps ce gel serait appliqué, la direction de la compagnie aérienne française devrait «instaurer le blocage des salaires», qui concernerait les augmentations générales, les primes liées à la productivité et les promotions.

En revanche, en ce qui concerne les augmentations de salaires liées à l'ancienneté, la direction devra renégocier avec les syndicats si elle «veut arriver à ses fins», ajoute La Tribune.

Ces mesures permettraient de dégager «plusieurs dizaines de millions d'euros d'économies» en 2013.

Des reports de livraisons d’avions?

En outre, Air France «n'exclut pas de procéder à des reports» de livraisons d'avions en 2013 et prévoit des réductions de lignes déficitaires, ajoute le journal.

Le plan sera suivi en mai-juin d'un «plan de restructuration», précise-t-il.

Le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, avait évoqué le 1er décembre à Pékin la possibilité de mesures sur l'emploi, en dernier ressort, dans le cadre de son plan d'économies prévu à partir de janvier.

Ce plan vise un «retour en grande forme dans trois ans, pour que nous soyons capables de financer nous-mêmes notre développement», avait rappelé Alexandre de Juniac.