Faute d'emploi, pendant la crise le taux de sortie des listes de Pôle emploi a baissé

© 2011 AFP

— 

Faute d'emplois, entre 2007 et 2010, les demandeurs d'emploi sont restés davantage inscrits sur les listes de Pôle emploi, selon une étude du ministère de l'Emploi publiée lundi
Faute d'emplois, entre 2007 et 2010, les demandeurs d'emploi sont restés davantage inscrits sur les listes de Pôle emploi, selon une étude du ministère de l'Emploi publiée lundi — Fred Tanneau afp.com

Faute d'emplois, entre 2007 et 2010, les demandeurs d'emploi sont restés davantage inscrits sur les listes de Pôle emploi, selon une étude du ministère de l'Emploi publiée lundi.

Le taux mensuel de sortie des listes est passé de 12,5% en 2007 à 9,8% en 2010 -- c'est-à-dire qu'en moyenne, sur toute l'année 2010, 9,8% des demandeurs inscrits à Pôle emploi un mois donné étaient sortis des listes le mois suivant.

Ce taux a baissé de façon "continue" sur les quatre ans, représentant une diminution de 2,7 points en 2010 par rapport à 2007, "principalement due au repli du taux de sortie pour reprise d'emploi, dans un contexte de forte dégradation de la situation conjoncturelle", note la Direction des études et statistiques du ministère, la Dares.

Le taux de sortie pour reprise d'emploi a en effet chuté de 6,5% en 2007 à 4,6% en 2010. Cette année-là, 5,2% sont sortis des listes pour un autre motif (formation, retraite, arrêt de recherche d'emploi temporaire pour maladie, congé maternité ou autre raison, défaut d'actualisation, radiation administrative etc.)

La Dares note que la "baisse n'a pas été homogène" touchant plus les jeunes et les hommes "en lien avec le recul important de l'interim dès la mi-2008 et la forte diminution des sorties vers l'interim".

"Après un point haut à 18,3% en mars 2008", la part des sortants pour une mission d'interim a chuté pour représenter 13,3% en décembre 2009 puis 14,8% en moyenne sur 2010 (contre 17,5% en 2007).

A l'inverse durant ces années, la part des sortants bénéficiant d'un contrat aidé a fortement augmenté, passant de 5,9% à 12,1% entre mars 2008 et décembre 2009, avant de refluer.

"En moyenne sur 2010, elle reste néanmoins supérieure à son niveau de 2007 (respectivement 9,0% et 7,9%)", note le ministère.

Par ailleurs, un peu plus du tiers des personnes sorties des listes pour reprise d'emploi continuaient à chercher du travail en 2010, faute d'être satisfaits de leur contrat, de sa durée ou du salaire.

Le salaire médian de ceux qui ont repris un emploi l'an dernier et ont ainsi cessé d'être inscrits à Pôle emploi était de 1.150 euros.