Plus d'un tiers des Français pour un retour au franc, selon un sondage

© 2011 AFP

— 

Un Français sur trois est tenté par le retour au franc et une sortie de l'euro, selon un sondage Ifop commandé par le site d'information Atlantico publié samedi.
Un Français sur trois est tenté par le retour au franc et une sortie de l'euro, selon un sondage Ifop commandé par le site d'information Atlantico publié samedi. — Patrick Kovarik afp.com

Plus d'un tiers des Français (36%) est favorable à un retour au franc, et 45% estiment que l'euro est un handicap pour l'économie française, selon un sondage Ipsos/Logica réalisé pour l'association Lire la société, publié dans Le Monde daté de mardi.

Environ 36% des Français souhaitent que, dans les années qui viennent, la France sorte de la zone euro et repasse au franc, mais 60% souhaitent que la France reste dans la zone euro, tandis que 4% ne se prononcent pas, précise l'enquête.

L'euro est plutôt un handicap pour l'économie française en général, estiment 45% des personnes interrogées, mais plutôt un atout pour 34% d'entre eux. Environ 16% pensent que l'euro est ni un atout ni un handicap, tandis que 5% ne se prononcent pas.

L'euro est plutôt un handicap pour faire face à la crise économique et financière actuelle des dettes publiques, estiment encore 44% des Français, mais elle est plutôt un atout pour 33% d'entre eux, et ni un atout ni un handicap pour 18% de Français, tandis que 5% ne se prononcent pas.

La monnaie unique est encore plutôt un handicap pour le pouvoir d'achat, estime une large majorité de Français (62%). Elle est ni un atout ni un handicap pour 20% d'entre eux, et plutôt un atout pour 17%, tandis que 1% ne se prononce pas.

En revanche l'euro est plutôt un atout pour l'économie des pays membres de la zone euro, estiment 42% des Français, mais plutôt un handicap selon 34% d'entre eux. La monnaie unique est ni un atout ni un handicap pour 19% d'entre eux, tandis que 5% ne se prononcent pas.

Les Français sont autant à considérer que l'euro est plutôt un atout (38%) et plutôt un handicap (38%) pour le commerce extérieur de la France. La monnaie unique est ni un atout ni un handicap pour 18% d'entre eux, tandis que 6% ne se prononcent pas.

A l'avenir, il faudrait renforcer les pouvoirs de l'Union européenne en matière de politique budgétaire et fiscale, estiment 49% des Français, alors que 37% considèrent qu'il faudrait plutôt laisser plus de latitude aux Etats membres de l'Union européenne pour leur politique budgétaire.

Environ 11% ne se prononcent pas et 3% ne sont ni pour l'une ou l'autre des solutions.

Ce sondage Ipsos/Logica Business Consulting a été réalisé par téléphone du 18 au 19 novembre auprès de 941 personnes représentatives des Français de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.