L'euro bondit, regonflé par les banques centrales

© 2011 AFP

— 

L'euro bondissait face au dollar mercredi, après une incursion au-dessus de 1,35 dollar, dans un marché revigoré par l'annonce d'une action concertée des grandes banques centrales destinée à faciliter le financement du secteur bancaire
L'euro bondissait face au dollar mercredi, après une incursion au-dessus de 1,35 dollar, dans un marché revigoré par l'annonce d'une action concertée des grandes banques centrales destinée à faciliter le financement du secteur bancaire — Philippe Desmazes afp.com

L'euro bondissait face au dollar mercredi, après une incursion au-dessus de 1,35 dollar, dans un marché revigoré par l'annonce d'une action concertée des grandes banques centrales destinée à faciliter le financement du secteur bancaire.

Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), l'euro valait 1,3438 dollar contre 1,3317 dollar mardi à la même heure, après avoir atteint 1,3533 dollar vers 14H00 GMT, son plus haut niveau depuis le 22 novembre.

L'euro grimpait également face à la devise japonaise, à 104,25 yens contre 103,66 yens mardi soir.

Le dollar perdait du terrain face à la monnaie nippone, à 77,58 yens contre 77,87 yens mardi soir.

Alors qu'il évoluait autour de 1,33 dollar, l'euro s'est envolé après l'annonce d'une action coordonnée des banques centrales, dont la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine (Fed).

"C'est un signal fort (...) l'objectif est d'éviter une crise majeure du crédit à l'échelle mondiale", a estimé Kathleen Brooks, analyste du courtier Forex.com.

Les banques centrales sont notamment convenues de faciliter et étendre jusqu'en février 2013 les échanges de devises entre elles en vue de "renforcer" leur capacité à prêter aux établissement financiers, à un moment où ces derniers ont de plus en plus de peine à s'approvisionner en liquidités.

Cette action "peut aussi être considérée comme le signe avant-coureur d'une plus vaste coordination internationale pour résoudre la crise européenne", avec le possible appui du Fonds monétaire international (FMI), a relevé Thomas Harjes, directeur de la recherche européenne chez Barclays Capital.

"Pour autant, l'action des banques centrales constitue une solution de facilité. Ce qui serait vraiment important, ce serait si elles se mettaient à acheter de la dette européenne de manière concertée", a tempéré Alan Ruskin, de la Deutsche Bank.

Autre nouvelle encourageante pour les investisseurs: les embauches du secteur privé ont fortement augmenté aux Etats-Unis en novembre, selon l'enquête du cabinet de conseil ADP.

Un peu plus tôt mercredi, la Banque centrale chinoise avait par ailleurs annoncé abaisser les niveaux des réserves obligatoires des banques du pays pour leur permettre de prêter davantage et de stimuler la croissance.

Pour les investisseurs, "cela fait autant de bonnes raisons de se tourner vers les actifs jugés plus risqués", comme l'euro, au détriment du dollar, traditionnelle valeur refuge, a souligné Kathleen Brooks, tout en estimant que "la zone euro n'était pas pour autant sortie d'affaire".

Le marché des changes reste circonspect face aux résultats de la réunion, mardi, des ministres des Finances de la zone euro, qui ont admis que le Fonds européen de stabilité financière (FESF) risquait de ne pas atteindre le montant de 1.000 milliards d'euros initialement prévu.

Vers 22H00 GMT, la livre britannique perdait du terrain face à l'euro à 85,60 pence pour un euro, mais rebondissait très nettement face au billet vert à 1,5695 dollar.

La devise helvétique restait stable face l'euro à 1,2273 franc suisse pour un euro, mais grimpait fortement face au billet vert à 0,9134 franc suisse pour un dollar.

La monnaie chinoise a fini à 6,3793 yuans pour un dollar, contre 6,3770 yuans mardi.