Conseil européen: Sarkozy poursuit ses consultations

© 2011 AFP

— 

Nicolas Sarkozy s'est entretenu mardi au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel et consultera mercredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans la perspective du Conseil européen de la semaine prochaine, a-t-on appris auprès de l'Elysée.
Nicolas Sarkozy s'est entretenu mardi au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel et consultera mercredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans la perspective du Conseil européen de la semaine prochaine, a-t-on appris auprès de l'Elysée. — Eric Feferberg afp.com

Nicolas Sarkozy s'est entretenu mardi au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel et consultera mercredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans la perspective du Conseil européen de la semaine prochaine, a-t-on appris auprès de l'Elysée.

Dans le cadre de ces consultations, le chef de l'Etat a également eu une conversation téléphonique mardi après-midi avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, selon la même source.

Aucun détail n'a été donné sur le contenu des entretiens entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ou José Manuel Barroso Barroso.

Les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'Union européenne (UE) doivent se retrouver les 8 et 9 décembre à Bruxelles afin d'examiner des solutions permettant de sortir de la crise des dettes souveraines.

Avant ce sommet, les tractations vont bon train depuis plusieurs jours entre Paris et Berlin, qui ont annoncé leur intention de présenter à ce sommet une «initiative» commune pour renforcer la gouvernance économique de la zone euro.

L'Allemagne fait campagne pour des modifications des traités européens visant à renforcer la discipline budgétaire, qui sont, selon elle, le préalable à tout règlement de la crise et refuse catégoriquement d'accroître le rôle de la Banque centrale européenne (BCE) sur les marchés, ainsi que l'en pressent Paris et Rome notamment.

La France est elle prête à accepter une discipline budgétaire renforcée voire un contrôle accru de la Commission sur les budgets nationaux, mais en échange d'une plus grande solidarité entre pays de la zone euro, via une extension du champ d'action de la BCE ou la création d'euro-obligations.

«Nous travaillons à proposer un pacte, avec plus de discipline dans la zone euro: retour à l'équilibre budgétaire, règle d'or pour tous les Etats, et en même temps plus de solidarité de la zone euro, avec des institutions qui seraient plus fortes (...), qui interviendraient de manière plus efficace», a résumé mardi la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse.

Nicolas Sarkozy doit évoquer la crise et les questions européennes jeudi à 18H30 lors d'un discours à Toulon et Angela Merkel s'exprimer sur ce même sujet vendredi devant le Bundestag.