La consommation des ménages français est restée stable en octobre

© 2011 AFP

— 

Les dépenses de consommation des ménages français sont restées stables en octobre sur un mois, après une baisse de 0,2% en septembre, annonce mercredi l'Institut national de la statistique et des études économiques.
Les dépenses de consommation des ménages français sont restées stables en octobre sur un mois, après une baisse de 0,2% en septembre, annonce mercredi l'Institut national de la statistique et des études économiques. — Philippe Desmazes afp.com

Les dépenses de consommation des ménages français sont restées stables en octobre sur un mois, après une baisse de 0,2% en septembre, annonce mercredi l'Institut national de la statistique et des études économiques.

Par rapport à octobre 2010, elles ont baissé de 0,9%, précise l'Insee dans un communiqué.

«En octobre, les dépenses de consommation des ménages en biens sont stables en volume, après avoir reculé de 0,2% en septembre», indique l'Insee qui a révisé à la hausse le chiffre de septembre, précédemment établi à -0,5%.

Ces données sont corrigés des variations saisonnières et des effets des jours ouvrables.

«D’une part, la consommation de textile-cuir rebondit. Mais d’autre part les dépenses en énergie et les achats d’automobiles reculent», résume-t-il.

Les dépenses en biens durables ont légèrement baissé en octobre (-0,2%), après avoir augmenté en septembre (+1,7%), une baisse imputable aux achats d’automobiles qui se replient, dans le marché du neuf et de l’occasion (-1,0% après +2,3% en septembre). Ce recul est en partie compensé par l’augmentation des dépenses d’équipement du logement, précise l'Insee.

Les achats de textile-cuir ont enregistré une forte hausse en octobre (+3,8%) après un recul à l’été (-0,9% en août et -2,6% en septembre).

Les dépenses en autres biens fabriqués ont accéléré (+0,9% après +0,2% en septembre), notamment celles de quincaillerie-bricolage.

La consommation en produits alimentaires a légèrement baissé (-0,3% après +0,6% en septembre), «notamment celle de tabac», note l'Insee en expliquant que «l’augmentation des prix du tabac mi-octobre avait conduit les ménages à anticiper leurs achats en septembre».

La consommation en énergie a de nouveau reculé (-2,0% après -3,1% en septembre), «en raison de températures douces par rapport aux normales saisonnières».