La guerre du camembert secoue la Normandie

ECONOMIE Les fabricants artisanaux portent plainte contre les industriels...

M.B.

— 

Le Camembert de Normandie, 27 avril 2009.
Le Camembert de Normandie, 27 avril 2009. — TOURNERET / SIPA

Les producteurs de «camemberts de Normandie» passent à l’attaque. Ils ont pris la décision d’attaquer en justice, d’ici la fin de l’année, pour «usurpation de notoriété», les industriels qui inscrivent la mention «fabriqué en Normandie». Selon eux, elles portent confusion avec leurs fromages d’appellation d’origine protégée (AOP).

Ces deniers sont fabriqué dans les règles de l’art «avec du lait cru moulé à la louche, issu de vaches normandes et réalisés dans des zones géographiques répertoriées», rappelle Le Parisien ce mardi. Rien à voir avec les industriels qui fabriquent leurs produits avec du lait pasteurisé.

Problème, 90% des consommateurs ne font pas la différence entre les deux dans les rayons des magasins. Une situation qui pénalise les petits producteurs. Ils ne représentent plus que 5% du marché du camembert contre 10% il y a encore cinq ans.

«Notre fromage est fabriquée de façon artisanale et ancestrale avec des méthodes bien particulières…Dans les grandes surfaces et les boutiques d’alimentation, la mention camembert "Fabriqué en Normandie", c'est-à-dire fait par des machines, sème la confusion chez le consommateur. Celui-ci s’y perd et ne sait plus lequel est lequel. C’est pourquoi il faut une loi pour que l’acheteur sache quel produit il va manger», argue Thierry Graindorge, le responsable d’une fromagerie à Livarot (Calvados), interrogé par Le Parisien.

L’association de défense de l’AOP a bien demandé aux industriels de participer au financement d’une campagne de promotion. En vain.