En baisse, Wall Street redoute toujours une contagion de la crise européenne

© 2011 AFP

— 

Wall Street a ouvert en baisse mardi après une forte hausse la veille, de bons chiffres sur les mises en chantier de logement ne parvenant pas à compenser la dégringolade du titre d'Hewlett-Packard: le Dow Jones perdait 0,28% et le Nasdaq 0,22%.
Wall Street a ouvert en baisse mardi après une forte hausse la veille, de bons chiffres sur les mises en chantier de logement ne parvenant pas à compenser la dégringolade du titre d'Hewlett-Packard: le Dow Jones perdait 0,28% et le Nasdaq 0,22%. — Stan Honda afp.com

La Bourse de New York a ouvert en recul mercredi, dans un marché toujours prudent face à l'évolution de la situation en Europe où la crise semble se rapprocher du Royaume-Uni: le Dow Jones abandonnait 0,99% et le Nasdaq 0,72%.

Vers 15H50, le Dow Jones Industrial Average cédait 119,88 points à 11.976,28 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 19,23 points à 2.666,97 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 perdait 0,83% (10,50 points) à 1.247,31 points.

«Une fois encore la crise financière en Europe est au centre des préoccupations», a résumé Andréa Kramer, de Schaeffer Investment Research.

«En particulier, Wall Street est gagnée par la peur de voir (la crise) contaminer le Royaume-Uni», a-t-elle noté.

La Banque d'Angleterre (BoE) a révisé à la baisse ses prévisions de croissance --autour de 1% en 2011, comme en 2012--, disant s'attendre à une création de richesses «nettement plus faible» que prévu dans le précédent rapport de l'institution, en août, pour les trimestres à venir.

Ces perspectives sombres, a expliqué la BoE, proviennent de l'absence «de réponse crédible et efficace» à la crise de la dette en zone euro, qui constitue «le principal danger» menaçant la reprise de l'économie britannique.

Wall Street était en outre prudente après la prise de fonction du nouveau chef du gouvernement italien Mario Monti. L'ex-commissaire européen a présenté un gouvernement composé presque exclusivement de techniciens et annoncé qu'il serait également ministre de l'Economie.

«L'incertitude demeure quant à la capacité de (M. Monti) de faire adopter au Parlement davantage de mesures d'austérité afin de rétablir la santé budgétaire du pays et de restaurer la confiance», ont fait valoir les analystes de Charles Schwab.

L'économie américaine poursuivait toutefois sa lente reprise avec un fort rebond de la production industrielle des Etats-Unis en octobre.

Selon des chiffres publiés mercredi par la banque centrale américaine (Fed), la production des industries du pays a augmenté de 0,7% par rapport au mois précédent, en données corrigées des variations saisonnières. Ce chiffre est bien supérieur à l'estimation médiane des analystes, qui donnait une hausse de 0,4%.

Le marché obligataire était en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 2,026% contre 2,057% mardi soir, et celui à 30 ans à 3,070% contre 3,097% la veille.