Société Générale: «Des centaines d'emplois» supprimés en France

ECONOMIE Selon les syndicats....

© 2011 AFP

— 

Le groupe bancaire Société générale va supprimer "des centaines d'emplois en France", ont annoncé mardi les syndicats, à l'issue d'une rencontre avec son PDG, Frédéric Oudéa.
Le groupe bancaire Société générale va supprimer "des centaines d'emplois en France", ont annoncé mardi les syndicats, à l'issue d'une rencontre avec son PDG, Frédéric Oudéa. — Michel Gangne afp.com

Le groupe bancaire Société générale va supprimer «des centaines d'emplois en France», ont annoncé mardi les syndicats, à l'issue d'une rencontre avec son PDG, Frédéric Oudéa.

LA BFI en ligne de mire

Ces réductions d'effectifs concerneront la banque de financement et d'investissement (BFI) du groupe et seront accompagnées de mesures d'austérité salariale, a-t-on ajouté de même source.

«Frédéric Oudéa nous a d'abord fait un exposé assez pessimiste de la situation générale et des perspectives pour 2012 pour nous annoncer une politique d'austérité et des centaines de suppressions d'emplois dans la BFI», a déclaré à l'AFP, Michel Marchet, délégué central CGT.

«Les chiffres ne sont pas encore déterminés. Il nous a demandé d'engager la négociation d'un plan de départ et de gestion de mobilité qui servira à déterminer le nombre exact des suppressions», a-t-il précisé ajoutant que la direction était cependant prête «à discuter de mesures qui permettraient d'éviter les départs contraints».

La consultation devrait débuter «très rapidement, au plus tard début 2012».

Le groupe bancaire emploie plus de 160.000 salariés dans le monde, dont 40.000 en France. La BFI compte 5.000 salariés en France et 7.000 à l'étranger.

A la différence d'une banque de dépôt, les banques de financement et d'investissement ne reçoivent pas les dépôts des particuliers et recherchent les liquidités auprès des autres banques, des marchés monétaires ou de la Banque centrale.

Maîtrise de la politique de rémunération

«Frédéric Oudéa a aussi fait état d'une politique de rémunération maîtrisée ce qui veut dire bien évidemment pas d'augmentation de salaire collective cette année», a souligné Maryse Gaudet déléguée FO.

«La banque va également geler les salaires les plus élevés et réduire les parts variables - c'est-à-dire les bonus - dans certains secteurs», a-t-elle ajouté.

Le PDG de la Société Générale avait déjà annoncé la semaine dernière, le non versement de dividendes, une diminution des bonus et l'abandon de certaines activités comme le financement d'acquisitions d'avions.