Les candidats républicains contre une aide à l'Italie

Reuters

— 

Les principaux candidats républicains à la présidence américaine ont estimé mercredi que les Etats-Unis n'avaient pas à s'impliquer dans les problèmes financiers européens, et ne devaient pas répondre aux demandes de financement.

Les marchés boursiers américains ont cédé plus de 3% mercredi en raison des craintes liées à une contagion des difficultés grecques et italiennes au reste du système financier mondial.

«L'Europe est capable de régler ses problèmes toute seule»

La promesse de démissionner faite par le président du Conseil italien Silvio Berlusconi n'a pas suffi à rassurer les marchés obligataires, et les valeurs européennes ont également plongé.

Lors d'un débat dans l'Etat du Michigan, Mitt Romney et Herman Cain, qui mènent la course dans les sondages, ont jugé que l'Europe devait régler ses problèmes elle-même.

«L'Europe est capable de régler ses problèmes toute seule. Nous ne voulons pas nous mêler de cela et essayer de renflouer leurs banques et leurs Etats», a déclaré Romney, ancien gouverneur du Massachusetts.

«Les Etats-Unis ne peuvent pas directement faire grand chose pour l'Italie en ce moment, car elle a largement dépassé le point de non-retour», a pour sa part affirmé Cain, ex-président de la réserve fédérale de Kansas City.