Karine Berger : «L'impact sur l'économie reste faible»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Karine Berger, responsable de la division synthèse conjoncturelle à l'Insee

Quelles sont les conséquences de la hausse du pétrole sur l'économie ?

Depuis 2002, la flambée du brut grignote le pouvoir d'achat et freine les investissements des entreprises. En 2005, chaque ménage a dépensé 200 e de plus, en moyenne, pour rouler et se chauffer.

La croissance française est-elle menacée ?

Pour le moment, l'impact global est faible, contrairement à celui des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Au mieux, un baril stable aurait permis une croissance de 1,7 % en 2005, au lieu de 1,4 %.

La France dépend-elle moins du pétrole ?

Oui, les produits pétroliers représentent 4 % de la consommation des ménages français, contre 6 % en 1980, et 2,5 % de la production des entreprises, contre 7 % en 1980. Et la hausse a été en partie compensée par les importations, de plus en plus bon marché.

Qu'en est-il des autres pays ?

Certains pays émergents, comme la Chine, dépendent davantage de cette énergie. C'est une vraie menace car un ralentissement économique affecterait la croissance mondiale, et donc tous les pays.

Recueilli par Angeline Benoit